La trinité, quel sujet à polémique !

Pour l’avoir nié, certains ont été excommuniés, d’autres comme Michel Servet en 1553 ont dû subir le bûcher.

Les anti-trinitaires ont leurs versets-arguments pour démontrer qu’il n’y a pas trois personnes et l’un d’entre eux est celui de Jean 10.30

Les juifs déduisent donc de cette affirmation de Jésus qu’il se fait égal avec Dieu, lit-on au v.33

 

Voyons comment les traductions françaises rendent ce verset :

Toutes les Segond : Moi et le Père nous sommes un.

S21 : Le Père et moi, nous sommes un.

SEM : Or, moi et le Père, nous ne sommes qu’un.

OLTRAMARE : Le Père et moi, nous ne faisons qu’un

PDV : Mon Père et moi, nous sommes un

et là où ça devient problématique.

De Sacy : Mon Père et moi nous sommes une même chose

Vulgate : Moi et mon Père nous sommes une seule chose.
Cependant nous lisons dans les notes :  » Il affirme la distinction des personnes divines et la consubstantialité du Père et du Fils Avec le mot  » nous sommes  » il montre la distinction et la simple unité avec le mot  » une « .

La Bible de Jérusalem note : cette affirmation vise en premier lieu la commune puissance de Jésus et du Père; mais indéterminée à dessein, elle laisse entrevoir un mystère d’unité plus large et plus profond.

John MacArthur : Cette phrase souligne que les deux personnes de la Trinité ont une action et un but commun en faveur de la sécurité du troupeau, présuppose leur unité de nature et d’essence. (Jn 17.22).

 

Jésus parlait hébreu et non le grec

Arrêtons-nous à présent sur un mot en hébreu du Chéma, lorsque Jésus dit : moi et le Père, nous sommes un, il parle hébreu : Ani véAbi E’had AnaHénou, il utilise le mot E’HAd, qui signifie UN.

Or l’hébreu a deux mots pour désigner UN, Yarid et E’Had.

Yarid exprime une unité absolue, un verre, un stylo – Zacharie 12.10 : il est question d’un fils unique ben yarid = un seul fils UNIQUE

Le mot E’Had vient d’une racine a’had qui signifie = unifier, réunir, réunir – constituant une unité.
A chaque fois que nous trouvons ce mot dans l’Écriture, il exprime cette notion d’unité pluriel.
Si je parle de peloton militaire, je compte 3 pelotons, mais chaque peloton est composé de plusieurs individus qui forme un peloton. On parle d’unité pluriel.
Un peloton est une unité militaire de petite taille. En hébreux, typiquement, nous utiliserions le mot E’Had.

Genèse 1-5 : Jour Un – Yom E‘Had, il désigne l’unité du jour et de la nuit.

C’est la même analyse que pour le couple :
Genèse 2-24 : C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair.

Genèse 2-24 : C’est pourquoi un homme se séparera de son père et de sa mère et s’attachera à sa femme, et les deux ne feront plus qu’un. SEMEUR
Lebassar E’Had = une seule chair, mais 2 unités distinctes.

Ezekiel 37.7 : deux pièces de bois en une seule pièce.

Pour revenir au  » S’Chma ISraël, Adonaï Elohénou, Adonaï E’Had « , Le Seigneur est UN, et pour UN, il est utilisé ce mot E’Had, qui décrit une unité composée, une unité dans une pluralité.
Moïse, dans le Sch’ma, a volontairement utilisé le mot E’HAD pour exprimer une unité plurielle au sein de la divinité.

Par la révélation de l’Écriture, nous apprenons qu’il n’y a qu’un SEUL DIEU. On parle de l’Unicité de Dieu, Dieu Unique. Jésus et le Père sont un comme le mari et sa femme font un.

L’un des meilleurs définition de la Trinité serait celle de Warfield : Il n’y a qu’un seul et vrai Dieu, mais l’unité de la divinité comprend 3 personnes coéternelles et co-égales des mêmes substances mais distinctes en existences. Chacune des trois personnes possède la totalité de l’essence indivisé et indivisible de Dieu.

 

 

Alexandre NANOT