Il existe des bibles de toutes les tailles, de toutes les couleurs, presque dans toutes les langues mais l’une retiendra notre attention pour ce billet. Il s’agit de la plus petite bible jamais réalisée. C’est une microfiche de la Bible King James. Celle-ci a voyagé sur la lune lors du vol spatial Apollo 14 en 1971. La bible en question contient l’intégralité du texte biblique. Son impression est si petite, la taille d’un timbre postal, qu’il faut un microscope pour la lire. La microfiche contient 773 746 mots.

Cette Bible sur microfilm a été créée par la National Cash Register Company (NCR) pour son pavillon de la Foire Internationale de New-York en 1964, puis achetée par le groupe « Apollo prayer league », en 1967 qui en a fait la Bible lunaire d’Edgar Mitchell.
C’est le pasteur John Stout, un informaticien de la NASA, qui a lancé la ligue après le décès des astronautes d’Apollo 1.
L’un de ces astronautes, Edward White, aurait souhaité emmener une Bible sur la lune. Le pasteur informaticien a alors conçu une version sous forme de microfiche pour réaliser le rêve de son ami, après son décès.

En 1971, Mitchell a transporté 300 Bibles lors de son voyage sur la lune. Seuls 11 exemplaires des Bibles lunaires d’Apollo 14 portent des lettres d’authenticité signées à la fois par Mitchell et Stout. Parmi eux, sept exemplaires restent en circulation.

Toutes les Bibles spatiales ne sont pas revenues sur Terre. Une copie papier d’une Bible avec une couverture rouge – apportée sur la lune lors de la mission Apollo 15 – repose toujours sur un tableau de bord de véhicule lunaire itinérant abandonné, laissé par l’astronaute David Scott, a déclaré Suckow à Live Science.

Certains font preuve d’imagination, voire d’originalité. Nous pouvons citer comme exemple l’américain Buzz Aldrin, l’un des trois cosmonautes avec Neil Amstrong et Michael Collins de la mission Apollo 11. Il avait emmené avec lui un morceau de pain et un petit calice. Seul, sur la lune, il prit la Cène. C’était le 20 juillet 1969. Il lut également un chapitre de l’évangile de Jean. Pendant tout ce temps, Neil Amstrong regarda avec respect mais sans faire aucun commentaire.

Vente aux enchères

Une microfiche de la Bible ayant participée au vol spatial Apollo 14, en 1971, a été mise aux enchères. Il faut tout de même débourser quelques 50.000 dollars pour cet objet rare. C’est la société Nate D. Sanders à Los Angeles qui l’a mise aux enchères. La vente s’est clôturée le jeudi 26 juillet 2018 à 17h, malheureusement sans trouver preneur.

Cette minuscule Bible voyageuse était l’une des onze qui avaient quitté l’atmosphère terrestre entre les mains du commandant, Edgar Mitchell, décédé en 2016, la veille du 45ème anniversaire de l’alunissage. Il les avait transporté avec ses objets personnels. Une Bible imprimée aurait été trop lourde pour une mission spatiale mais ces versions légères ne posaient aucun problème.

Selon le porte-parole de la maison de vente aux enchères Sam Heller, une Bible lunaire similaire s’est envolée pour la fameuse mission Apollo 13 de 1970, au cours de laquelle des défaillances mécaniques ont forcé les astronautes à retourner sur Terre dans des conditions difficiles. En 2017, cette Bible s’est vendue pour 62’500 dollars, même si elle n’a jamais atteint la lune pour autant.

La petite Bible «lunaire» mesure environ 10,5 cm2, à peine plus grande qu’un timbre. Elle est sertie dans un cadre doré et émaillé de 10 sur 15 cm. « Posséder un tel objet pourrait être tentant », estime Michael Kuykendall, professeur de Nouveau Testament au Séminaire Gateway à Vancouver, dans l’État de Washington et rédacteur en chef de la revue biblique de la Société internationale des collectionneurs bibliques. « Elle a sa place dans les collections de bibles », affirme-t-il. Même si beaucoup de membres de son groupe se concentrent surtout sur les éditions les mieux conservées, comme la Bible de Genève datant du XVIe siècle, d’autres s’intéressent à des éditions plus « originales », telles qu’une bible sous forme de microfiche qui a voyagé sur la lune.

« Il n’y a rien d’autre qui se compare à cela », a affirmé Michael Kuykendall. Toutefois, le prix de 50’000 dollars les a découragé. Il estime qu’un musée pourrait être davantage intéressé. Cependant, le musée de la Bible, récemment ouvert à Washington, possède déjà une des bibles lunaires d’Apollo 14.

Microfilm de la bible mise aux enchères