Les Juives
Parution 1977, 1985, 2003, 2020
Éditeur Desclée de Brouwer
Traduction Littérale
Lecture Difficile
Public Averti
Confession Non confessionnelle
Source AT Biblia hebraica stuttgartensia 1967/77
Source NT Texte minoritaire
Deutérocanoniques Oui
Ordre des livres Hébraïque
Unités poids et mesures Ancienne

Présentation

La Bible Chouraqui tire son nom de son traducteur, André Chouraqui, un juif originaire d’Afrique du Nord, qui appris l’hébreu à Jérusalem et voulut ainsi traduire les textes sacrés de la Première Alliance et du Pacte Neuf, oui c’est ainsi qu’il comme l’ancien et le nouveau testament. Son premier travail, en 1951, consista à traduire le Cantique des cantiques – Shir Hashirim – ce livre est qualifié de très saint par les juifs. Il enchainera les autres livres et son travail aboutit en 1977. Nathan André Chouraqui fut maire-adjoint de Jérusalem jusqu’à sa mort en 2007.

Cette traduction est sans conteste incomparable aux autres traductions françaises. Le style de sa traduction est très spécifique, elle est décapante, parfois déroutante, voire même choquante. Elle est souvent qualifiée de « traduction calque », se rapprochant plus d’une transcription que d’une traduction. Le texte est extrêmement proche de la langue hébraïque, rendant par exemple les noms propres et les noms divins par translittération. Pour le pacte neuf, Chouraqui ne traduit pas d’après le texte grec, mais le retraduit d’abord en hébreux.

 

CLASSEMENT NALOT

L’échelle NALOT vise à classer les traductions de la bible de la plus littérale à la plus dynamique. Le travail consiste à prendre quarante expressions ou idiomes, typiquement hébraïques ou grecques et de voir comment ils sont rendus par les traducteurs. Cependant sur l’ensemble des bibles françaises, la Bible Chouraqui occupe la 1ère place, c’est dire la précision de cette traduction ! Qui veut étudier la bible doit avoir la Chouraqui dans sa bibliothèque. Chouraqui est le seul par exemple à traduire littéralement la réplique d’Elisée : Elisha dit : Que deux bouches de ton souffle soient donc sur moi. 2 Rois 2.9 – Je vous laisse découvrir le résultat.

 

 

 

Concernant le Pacte Neuf, c’est à dire le Nouveau Testament, Chouraqui n’a pas cherché à traduire le texte grec, mais il a tenté de retrouver le substrat sémantique afin de faire ressortir de sa traduction le terreau hébraïque d’où il est tiré. Il n’est pas le premier à avoir entrepris cette démarche, l’Abbé Carmignac lui aussi à abondamment travaillé sur cette démarche ainsi que Claude Tresmontant.

Historique des parutions

1974-1979 : Édition en 26 volumes (Desclée de Brouwer)
1982-1985 : L’univers de la Bible – 10 volumes (Brepols-Lidis)
1985-2003 : La Bible Chouraqui en 1 volume (Desclée de Brouwer)

12/09/1985 : 1ère édition chez DDB
15/03/1986 : 2ème édition chez DDB
02/2003 : Nouvelle édition chez DDB
25/05/1990 : 3ème édition chez DDB
07/2012 : Nouvelle édition chez DDB
05/2019 : Nouvelle édition chez Cerf

1992-1993 : Le Pentateuque et les 4 évangiles annotés (J.-C. Lattès)
1996 : Les Psaumes (édition du rocher)
03/2020 : Nouvelle édition brochée chez Cerf

Quelques corrections entre les révisions

1985 : Elohîm dit à Moshè : « Èhiè ashèr èhiè ! – Je serai qui je serai »
1989 : Elohîm dit à Moshè : « Èhiè ashèr èhiè ! – Je serai qui je serai »
2003 : Elohîms dit à Moshè : « Èhiè ashèr èhiè ! – Je suis qui je suis »
2020 : Elohîms dit à Moshè : « Èhiè ashèr èhiè ! – Je suis qui je suis »

 

Description

Pour la Bible hébraïque, c’est à dire la première alliance, l’ordre des livres suit le modèle des Massorètes et tel qu’il figure dans la dernière édition de la Biblia Stuttgartensia (Stuttgart 1967/1977).

L’ordre des livres de la première alliance suit le canon hébraïque et inclus 10 livres deutérocanoniques qui sont placés juste avant le Pacte Neuf : Tobie, Judith, Maccabées 1 &  Maccabées 2, Sagesse de Salomon, Ecclésiastique, Baruch, Lettre de Jérémie, fragments grecs d’Esther et Daniel.

Chacun des livres débutent par une note d’introduction qu’il vaut la peine de parcourir.
Les quelques notes en bas de  pages apportent un éclairage qui permettent une meilleure compréhension du texte.
En annexe, nous trouvons : Les noms divins dans la Bible, l’équivalence des noms propres, mots et expressions, ainsi qu’un tableau des poids et mesures et enfin des repères chronologiques.

Dans son livre Une bible et tant de versions, Alfred Kuen note l’exagération que peut produire cette traduction chez un non-initié : Chouraqui  déchire  souvent  violemment  cette  taie  et  injecte  dans  le  texte  biblique  un  sang  neuf  qui  secoue  notre  léthargie liturgique et nous oblige à repenser le contenu avec des mots nouveaux (par ex. les Ps 1 ou  23,  le  Notre  Père,  Mt  6.10).  Il  ne  craint  pas  les  néologismes  et  les  expressions  inusitées:  « Je  dissous  mon  berceau  dans  mes  larmes,  mon  oeil  se  mite  d’irritation,  énucléé  par  tous  mes  oppresseurs » (Ps 6.7,8), « Vers toi, IHVH (Adonaï), je porte mon être; Elohaï, en toi, je m’assure, je  ne  blêmis  pas…mais  les  traîtres  blêmissent  de  vide…enroute-moi  dans  ta  vérité »  (Ps  25.3,5).

Néologismes ou archaïsmes? « Fais-les pâturer, porte-les jusqu’en pérennité » (Ps 28.9), il parle de la  sacralité,  de  la  « descente  au  pourrissoir, »  « le  soir,  il  nuite  en  pleurs«   (Ps 30.6,10),  la  targe,  la  grume,  n’arde  pas  avec  les  faiseurs  de  forfaiture  (Ps 37.1);  les  carents,  les  haineux,  payeurs  du  malheur nous spolient, tu annihiles tous ceux qui loin de toi putassent (Ps 73.27).
Ce qu’on peut dire, en  tout  cas,  c’est  que  Chouraqui  n’a  pas  choisi  la  voie  de  la  facilité  comme  beaucoup  de  traducteurs  qui,  à  quelques  mots  près,  se  sont  contentés  de  répéter  ce  que  leurs  prédécesseurs  avaient  dit,  au  point  que  l’on  peut  se  demander  quelle  est  la  raison  d’être  de  leur  version.  Qui reconnaît  la  formulation  traditionnelle  sous  des  expressions  comme:  « blottis  en  toi,  ils  se  désaltèrent aux crèmes de ta maison, tu les abreuves au torrent de tes suavités. Oui, la nappe de vie est avec toi. Attire ton chérissement vers ceux qui te pénètrent«  (Ps 36. 9-10), « La proximité d’Elohim est pour moi le bien » (Ps 73.28).

 

 

 

Remarques

Avant de  plonger dans la bible Chouraqui, il est préférable d’avoir quelques notions d’hébreu sinon vous risquerez d’être déstabilisés par sa lecture.
Prenez par exemple le premier verset du livre d’ Ésaïe : « Contemplation de Iesha’yahou bèn Amos »
Darby  : « La vision d’Ésaïe, fils d’Amots »

Le tétragramme est rendu par IHVH Adonaï ou par IHVH Elohîms

Tous les titres des livres sont en transcription hébraïque, par exemple : Genèse est rendu par Berechit, Esaïe par Iesha’yahou, les Juges par Suffètes, les Actes des Apôtres deviennent Gestes d’envoyés et l’Apocalypse rendu par Découvrement de Yohanân.
Tous les noms de personnes et de ville sont eux aussi transcrit en hébreux.

Yehoshoua 22.1 : Alors Iehoshoua’ appelle le Reoubéni, le Gadi, la mi-branche de Menashè.

Matyah 17.1 : Après six jours, Iéshoua’ prend Petros, Ia’acob et Iohanân, son frère.

Les Peroushîm et les Sadouqîm, sous-entendu les Pharisiens et les Sadducéens.
Kephar-Nahoum, Béit-Hananyah, Ieroushalaîm

L’Évangile devient l’Annonce. Certains mots sont toujours au pluriel, c’est ainsi que fait l’hébreu pour les ciels, les faces, les sangs.

BERECHIT 1.23 : Le glébeux dit : « Celle-ci, cette fois, c’est l’os de mes os, la chair de ma chair, à celle-ci il sera crié femme ­Isha­ : oui, de l’homme ­Ish­ celle-ci est prise. »

La glèbe est un vieux mot français que plus personne n’utilise, il fait référence aux terres auxquelles les serfs étaient attachés ; on comprend alors ce que Adam appartient par sa nature terrestre à la glèbe, d’où son nom, le glébeux, on pourrait aussi dire le « terrien », qui appartient à la terre.

 

MATYAH 6.9 : « Notre père des ciels, ton nom se consacre, ton royaume vient, »
Ton vouloir se fait, comme aux ciels sur la terre aussi.

 

Parfois, le texte est cru comme en Genèse 4.1 : « Adam pénétra Hava », ou bien le récit de Babylone la grande, la putain. Vous l’aurez compris, Chouraqui ne va pas par quatre chemins.

Chouraqui a opté de traduire systématiquement le verbe ressusciter par réveiller : L’Adon s’est réellement réveillé. (Luc 24.34 ; Colossiens 3.1)

Croire devient adhérer tel que le trouvons ce verset : Oui, Elohîms aime tellement l’univers qu’il a donné son fils unique, afin que tout homme qui adhère à lui ne périsse pas, mais ait la vie en pérennité (Jean 3.16 ; Marc 16.16).

Si Elohîms habille ainsi l’herbe des champs, qui existe aujourd’hui et demain
sera jetée au four, combien plus vous-mêmes, nains de l’adhérence ! Matt 6.30

Il leur dit : « Pourquoi êtes-vous des couards, nains de l’adhérence ?
Alors il se réveille, rabroue les vents et la mer, et c’est le calme plat. Matt 8.26

En lisant Actes 8, le récit du  baptême de l’éthiopien, ne soyez pas surpris de ne pas trouver le verset 37, ce verset n’est présent que dans les traductions utilisant le texte reçu. Cependant, plusieurs traducteurs ont choisis de l’intégrer reconnaissant sa validité (Voir l’article du blog sur Actes 8.37*)

Vous trouverez souvent l’expression « monter la montée » qui se traduit d’ordinaire par « offrir des holocaustes ».

1 Shemouel 20.30 : La narine de Shaoul brûle contre Iehonatân. Il lui dit : « Fils d’une tordeuse de révolte ! Ne le savais-je pas ? Oui, toi, tu as choisi le fils d’Ishaï, pour ta confusion et la confusion du sexe de ta mère !  Chouraqui traduit littéralement ce que l’hébreu dit pour parler de la colère, et pour amplifier au v.34, il rend aussi : Iehonatân se lève de table, à brûlure de narine.

Pour parler du bord de la rivière ou de la mer, Chouraqui parle de la lèvre comme par exemple : Elles se tiennent près des vaches, sur la lèvre du Ieor (Entête 41.3) ou un peuple multiple comme le sable sur la lèvre de la mer.(1 Shémouel 13.5)

 

Philippiens 3.8 : Mais au contraire j’estime que tout est dommage au regard de ce qui le surpasse :
la pénétration du messie Iéshoua’ mon Adôn,
à cause de qui j’ai souffert perte de tout
et tout considéré pour crottes afin de gagner le messie
9 et être trouvé en lui, non pas avec ma justice, celle de la tora,
mais avec celle de l’adhérence au messie,
la justice venant d’Elohîms, dans l’adhérence.
10 Ceci pour le pénétrer lui-même et la puissance de son relèvement,
et la communion à ses souffrances, en conformité avec sa mort ;
11 peut-être atteindrai-je ainsi au relèvement, celui d’entre les morts.

 

Mt 19-3 :  Des Peroushîm s’approchent de lui. Pour l’éprouver, ils disent :
Est-il permis de répudier sa femme pour n’importe quel motif ?
4 Il répond et leur dit : « N’avez-vous pas lu : ‹ Entête, le créateur, mâle et femelle les fit’ ?
5 Et il dit : ‹ Sur quoi, l’homme abandonne son père et sa mère.
Il colle à sa femme, et ils sont, les deux, une seule chair. ›
6 Ainsi, ils ne sont plus deux, mais une seule chair.
Donc, ce qu’Elohîms a uni, que l’homme ne le sépare pas. »
7 Ils lui disent : « Pourquoi donc Moshè a-t-il prescrit de donner un acte de rupture et de répudier ?
8 Il leur dit : « À cause de la sclérose de votre cœur, Moshè a permis de renvoyer vos femmes, mais entête, ce n’était pas ainsi.
9 Je vous dis : qui renvoie sa femme, sauf à propos de sexe, et en épouse une autre, il adultère. »
10 Les adeptes lui disent : « Si telle est la condition de l’homme avec la femme, il n’y a pas intérêt à prendre femme ! »

 

Je vous laisse appréciez la lecture du Psaume 23

Chant. De David.
IHVH-Adonaï est mon pâtre, je ne manque de rien.
Au gazon des oasis, il me fait reposer ;
il me dirige sur les eaux du repos.
Il restaure mon être et me mène aux rondes de justice,
à cause de son nom.
Oui, je vais aussi au val d’ombremort,
mais je ne frémis pas du mal, oui, tu es avec moi ;
ton sceptre, ta houlette me réconfortent.
Tu ranges en face de moi une table devant mes oppresseurs ;
tu parfumes ma tête d’huile, ma coupe est pleine.
Le bien, le chérissement me poursuivent tous les jours de ma vie ;
j’habite la maison de IHVH-Adonaï à longueur de jours.

 

Marcos 6.12 : Ils sortent clamer le retour, jeter dehors de nombreux démons, messier de nombreux invalides et guérir.

Prêcher la repentance devient clamer le retour, et l’onction d’huile rendu par messier. Le messie est Celui qui est oint, qui a reçu l’onction et que l’on retrouve chez Ia’acov 5.14 : L’un de vous est-il faible ? Qu’il appelle les anciens de la communauté et qu’ils prient pour lui, le messiant d’huile au nom de IHVH-Adonaï.

Certains passages, avouons-le sont crus, il y aurait de quoi choquer certains, mais parfois la Bible est durs, crue, directe et Chouraqui sait transmettre cela. Voici quelques exemples :

2 Rois 18.7 : Le grand échanson leur dit : « Contre ton Adôn mon Adôn m’a-t-il envoyé vers toi pour parler de ces paroles ? N’est-ce pas pour les hommes qui siègent sur le rempart, pour qu’ils mangent leur merde et boivent leur pisse avec vous ?

Esaïe 3.16 : IHVH-Adonaï dit : Puisque les filles de Siôn s’exaltent,
vont la gorge tendue, lorgnant des yeux, vont en trépidant, vont en cliquetant des pieds,
Adonaï pèle l’occiput des filles de Siôn ; IHVH-Adonaï dénude leur vulve.
En ce jour, Adonaï écarte la splendeur des chevillières, lunules, pendentifs

1 Corinthiens 6.18 : Fuyez la puterie. Toute faute que l’homme commet,
il la commet hors de son corps, mais qui PUTASSE faute contre son propre corps.

Ezéchiel 36.25 : Je lancerai sur vous des eaux pures, et vous serez purifiés de toutes vos souillures ; de toutes vos crottes je vous purifierai.

Ezéchiel 16.33 : À toute putain, ils donnent une sportule ;
mais toi, tu as donné des sportules à tous tes amants ;
tu les corromps pour qu’ils viennent vers toi des alentours, en tes puteries.

Ce mot qui peut être choquant à vos oreilles se trouvent pas loin de 56 fois dans cette traduction.

 

 

Extrait des parutions entre 1972 et 1979

 

 

© Pour cette édition, Desclée de Brouwer, 2003 ( Rouge v.1)

 

© Pour cette édition, Desclée de Brouwer, 1989 ( Désert )

 

© Pour cette édition, les éditions du Cerf, 2019 – Annette Chouraqui

Bible Chouraqui 2020