Les Protestantes
Parution 2008-2019
Éditeur BLP - Bible la pomme
Traduction Littérale
Lecture Facile
Public Etudiant
Confession Vaudoise (Protestante-Evangélique)
Source NT Texte majoritaire ou Texte reçu

La Bible des dispersés

 

10 questions posées à Franck, responsable du projet

 

  1. Pourquoi l’appellation de «Bible la pomme» et «la bible des dispersés» ?

Tout d’abord, La pomme, cela remonte à l’époque où le Seigneur travaillait mon identité générationnelle, en relation avec mon ancien nom de famille Pomeroy – Pomerol (en 1170). Cela me vient du côté de mon père, originaire du sud de l’Angleterre, du comté de Devon. Il signifie « pomme roi (ou roi pomme [ou le roi de la pomme]) ».

L’association avec la Bible vient du fait de la relation qu’il y a avec l’arbre de la vie au milieu du jardin et de son fruit, qui est traditionnellement traduit par la pomme.

Dans le Catholicisme, la pomme est, à tort, le fruit de l’arbre défendu, auquel ne purent résister Adam et Ève, et qui fut la conséquence de leur expulsion du jardin d’Éden.

Mais cette explication détournée provient du fait, qu’en Latin, la pomme se dit malum « de malus », qui veut dire « mal, mauvais ». Cela a contribué à répandre l’idée que la pomme serait le fruit du péché.

Alors que dans le Cantique des cantiques, il est dit de l’époux qu’il est le bien-aimé et qu’il est comme un pommier au milieu des arbres de la forêt (Ch 2 v 3 à 5) ; et dont le fruit, la pomme, est doux au palais et qu’il fortifie (soutient) (v.3 et v.5).

Cet arbre fruitier dans la Bible, qui donne la vie, c’est Jésus.

– Le proverbe 25.11 dira, que ces paroles dites à propos « sont comme des pommes d’or sur des ciselures d’argent », et dans le Cantique des cantiques que « le parfum de son souffle est comme celui des pommes » (Ch 7 v.9).

Quelqu’un a écrit : qu’en hébreu, l’identité de l’arbre et du fruit est désigné par tappuach, qui indique ce par quoi le parfum ou la senteur du fruit se distingue. Il vient de la racine naphach, qui signifie « souffler, haleter » (Gen 2.7/Jér 15.9).

Il semble de prime abord forcé sur le plan sémantique mais les idées de « souffler » et « d’exhaler une odeur » sont intimement liées. Le terme parallèle pouach signifie à la fois « souffler » (en parlant du vent) et « exhaler » une odeur agréable (être parfumé).

Le lexique théologique de l’Ancienne Alliance, édité par R. Harris (en anglais), 1980, vol. 2, p. 586, écrit : Les Juifs, de nos jours, disent que cette même senteur du Cantique des cantiques est le même souffle que celui qui a été prodigué par Dieu dans les narines d’Adam, pour lui insuffler la vie.

Concernant la Bible des dispersés, au départ elle s’appelait la BLP (Bible la Pomme).

Je ne lui avais pas donné de nom. Jusqu’au jour où, alors que je ne m’y attendais pas, le Seigneur me dit : tu l’appelleras «la Bible des dispersés».

 

  1. Qu’est ce qui t’a poussé à entreprendre un tel travail ?

Le Seigneur (Eph 2.10) ; Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Christ Jésus pour de bonnes (agathos) œuvres que Dieu a préparées d’avance, pour que nous les pratiquions (marchions en elles).

 

  1. En quoi la Bible des dispersés se distingue t-elle des autres ?

La Bible des dispersés se distingue par sa construction, au regard du texte grec majoritaire.

Une autre des particularités de cette version d’étude est qu’elle est libre de toute influence dénominationnelle et qu’elle est mise à l’épreuve sur le net. Ce qui donne à chacun l’opportunité d’y participer librement. Elle est aussi, à ce jour, sous le regard de quatre-vint-un ministères francophones qui la reçoivent.

 

  1. A qui est destiné cette bible, quel public est visé ?

Cette Bible est destinée à tous. Premièrement à tous les croyants en Jésus Christ, puis à tous les autres. Il n’y a pas de public visé en particulier, si ce n’est qu’elle est une Bible des peuples destinée aux francophones, libre de droit (sauf commerciaux), libre de toute dénomination, et libre d’évoluer en fonction des révélations de l’Église de Christ.

 

  1. Tu travailles seul ou en équipe ?

Disons qu’au commencement, nous étions cinq. Puis à un moment donné, certains nous ont quitté, ayant reçu une autre direction. Puis plusieurs se sont rajoutés et d’autres sont encore partis pour les mêmes raisons. Jusqu’à n’être plus que deux aujourd’hui.

J’ai commencé à traduire seul, et c’est encore le cas aujourd’hui, car c’est la vision que j’ai reçu et dont je suis le porteur. Mais je ne me considère pas comme seul. Dieu agit tous les jours dans cette œuvre, par bon nombre de directives, d’enseignements, d’encouragements et d’éclairages qui m’aident à divers niveaux. Sur un second plan, je reçois aussi beaucoup d’informations et de directives de la part de frères et sœurs en Christ.

 

  1. Comment le projet est-il financé ?

Quand j’ai commencé, j’avais eu à cœur que tous les supports et logiciels soient gratuits, pour que cela ne coûte rien. Puis à un moment donné, il a bien fallu verser des fonds pour le site, les noms de domaine, les impressions, les frais postaux, ordi et divers. Alors Dieu m’a conduit dans la foi et je n’ai jamais manqué de rien. J’ai même dû repousser des sommes que l’on m’avait proposées.

Puis il y a deux ans environ, le Seigneur m’a demandé de permettre aux croyants de pouvoir faire des dons, pour être béni. J’ai donc créé un lien à ce propos.

Aujourd’hui, le projet est financé par la foi et par les dons. Je publie d’ailleurs aux inscrits un bilan annuel des dépenses qui sont à ma charge, ainsi que les dons perçus.

 

  1. Comment se procurer cette bible ?

Pour le moment, elle est disponible gratuitement sur le site Biblelapomme, livre par livre, au format pdf. Les pdf assemblés sont envoyés sur inscription tous les 3 à 5 mois, pour ceux que cela intéressent.

Les versions imprimées le sont tous les ans (sur inscription uniquement).
Elles sont destinées à ceux qui veulent suivre de près cette version et avoir un support papier.

Il leur est aussi demandé en retour, de s’impliquer de façon libre, notamment pour l’intercession, le partage, des conseils, des suggestions, des informations, ainsi que des questions ou autres.

 

  1. Y aura t-il une Bible complète prochainement ?

A moins d’une action puissante et miraculeuse du Seigneur, non, pas prochainement.
C’est une version évolutive et elle progresse en fonction des révélations reçues.
Et comme nous le savons, il y a beaucoup de travail et peu d’ouvriers (Mat 9.37).
Mais son but est, qu’un jour, elle puisse arrivée à terme pour être complète et parfaite.

La priorité, pour le moment, est de montrer ce que dit concrètement le texte grec, pas après pas, selon la façon dont je suis conduit. Je vous invite notamment à lire en complément, ma note sur le mode de traduction de la Bible des Dispersés ici → http://www.biblelapomme.fr/blp/Le%20mode%20de%20traduction.htm

 

  1. Existe-t-il un site internet pour la consulter ?

Oui, sur : www.biblelapomme.fr, puis sur l’onglet « Nouvelle Traduction »,
ou à : http://www.biblelapomme.fr/blp/telechargement.htm

 

  1. D’après quels manuscrits travaillez-vous et pourquoi ?

Je travaille sur le texte majoritaire reçu. En l’occurrence, le texte grec de 1902 de Mr Scrivener.
J’ai pris ce texte de référence car, à l’époque, je me posais la question de savoir quel était le vrai texte grec transmis par Dieu du nouveau testament. Sa réponse fut celui-ci.

Il m’a aussi montré que cette édition comportait de petites erreurs. J’en ai trouvé trois pour le moment : [Il manque kai (et) en Héb 9.28 (95% des Mss) / dia-pantos, qui est collé et non séparé en Héb 13.15 / et oikonomian (99% des Mss) à la place de oikodomian en 1Tim 1.4].

Il est prévu, plus tard, que je fasse un fichier explicatif sur ces choix (qui sont connus et corrigés dans d’autres versions) et la raison pour laquelle j’ai fait ces choix.

 

Propos recueillis par Alexandre NANOT – 09/10/2019

Description

1 COR