Les Juives
Parution 1899
Éditeur Les éditions Colbo
Traduction Equivalence formelle
Lecture Difficile
Confession Juive
Source AT Texte massorétique
Deutérocanoniques Non
Ordre des livres Canon hébraïque
Unités poids et mesures Ancienne

Présentation

 

Traduction française sous la direction de Zadoc Kahn grand Rabbin de France de 1889-1905.
Traduite du texte original selon la version massorétique par les membres du Rabbinat français de l’époque, avec entre autres de Mr Lasare Isidor, Zadoc Kahn, Mayer Lambert…

HISTORIQUE DES PARUTIONS

1899 : Édition original par Zadoc Kahn
1966 : 1ère révision
1973 : 2ème révision
1986 : 3ème révision
1989 : 4ème révision

 

La première édition date de 1899, elle est préfacée par le Grand Rabbin Zadoc Kahn.
S’ensuit une révision en 1966 dont la préface quand à elle est signée par Jacob Kaplan.
Une autre révision qui comprend quelques modifications que l’on doit au Grand Rabbin Joseph Bloch eu lieu en 1973.
La troisième édition date de 1986 chez les Éditions Colbo.
Enfin, la dernière est datée de 1989 chez les éditions Colbo-Paris. Elle porte le titre suivant :
La Bible,
traduite du texte original par les membres du rabbinat français,
sous la direction de Zadoc Kahn, Grand-Rabbin

L’ouvrage comprend 1221 pages et se présente sous format de poche.
Sont inclus au texte de la Torah les titres des Parachiot et des haftarot.

Le grand rabbin Zadoc Kahn, dans la préface de la première édition en 1899, présenta ainsi l’ouvrage :
Notre seule ambition est de reproduire le texte original aussi fidèlement et clairement  que possible,
tel que la tradition l’a conservé à travers les siècles.

 

L’ordre des trente-neuf livres est disposé ainsi :

– Les cinq livres de la Torah
– Les premiers prophètes
– Les quinze livres prophétiques
– Les Hagiographes (les 13 livres saints)

 

Concernant le texte de la Bible du Rabbinat, le pentateuque est une révision de la traduction établie en 1860 par Lazare Eliezer Wogue.
D’autre part, Mr Zadoc Kahn a aussi engagé Mr Wogue pour la traduction des livres historiques.
On peut aussi constater l’absence des livres deutérocanoniques.

 

Extraits

Le tétragramme, le nom sacré de Dieu que le juif ne prononce pas, est rendu dans la bible du rabbinat par l’Éternel.
Les noms propres sont transcrits en français alors que la Bible Juive Complète a opté pour une prononciation hébraïque de tous les noms propres.

 

Genèse 1.1 : Au commencement, Dieu avait créé le ciel et la terre.
Or la terre n’était que solitude et chaos;
des ténèbres couvraient la face de l’abîme,
et le souffle de Dieu planait à la surface des eaux.
Dieu dit: « Que la lumière soit! » Et la lumière fut.
Dieu considéra que la lumière était bonne,
et il établit une distinction entre la lumière et les ténèbres.
Dieu appela la lumière jour, et les ténèbres, il les appela Nuit.
Il fut soir, il fut matin, un jour.

 

Genèse 2.18 : L’Éternel-Dieu dit: « Il n’est pas bon que l’homme soit isolé; je lui ferai une aide digne de lui. »

 

Psaumes 133.1 : Ah! qu’il est bon, qu’il est doux à des frères de vivre dans une étroite union !

 

Proverbes 8.22 : L’Éternel me créa au début de son action, antérieurement à ses œuvres,
dès l’origine des choses. Dès les temps antiques, je fus formé,
tout au commencement, bien avant la naissance de la terre.

 

Exode 3.14 : Dieu répondit à Moïse: « Je suis l’Être invariable! »
Et il ajouta: « Ainsi parleras-tu aux enfants d’Israël:
C’est l’Être invariable qui m’a délégué auprès de vous. »
Dieu répondit à Moïse: « Je suis l’Être invariable! »
Et il ajouta: « Ainsi parleras-tu aux enfants d’Israël:
C’est l’Être invariable qui m’a délégué auprès de vous. »

 

Ésaïe 53.4 : Et pourtant ce sont nos maladies dont il était chargé,
nos souffrances qu’il portait, alors que nous,
nous le prenions pour un malheureux atteint, frappé par Dieu, humilié.