Les Évangéliques
Parution 1992, 2000, 2015
Éditeur EXCELSIS
Traduction Equivalence fonctionnelle ou traduction dynamique
Lecture Facile
Public Tout public, débutant
Confession Evangélique
Source NT Texte minoritaire
Deutérocanoniques Non
Ordre des livres Hébraïque
Unités poids et mesures Modernes

Présentation

HISTORIQUE

C’est le regretté Alfred Kuen (1921-2018), professeur d’Emmaüs qui est à l’ origine du projet. Son but était d’offrir au public francophone une bible dont la traduction serait compréhensible par le plus grand nombre. Il entreprend donc ce travail dès 1970, et c’est la Société biblique International (aujourd’hui dénommée Biblica) qui en dirigera les travaux. Le comité d’alors était composé de Jacques BUCHOLD, Alfred KUEN, André LOVERINI et Sylvain ROMEROWSKY. En 1992 parait la 1ère édition de la Bible SEMEUR qui est publiée par Biblica. Elle sera accueillie avec succès auprès du public évangélique, qui jusqu’alors ne pouvait trouver sur le marché que la bible en Français Courant*, car ces deux bibles utilisent un langage accessible à tous. Très vite, à partir de 1997, le comité de traduction va se réunir pour une révision en profondeur, mais cette fois, secondé par spécialistes d’Europe, d’Amérique et d’Afrique qui furent convoqués pour un séminaire de traduction à la Faculté libre de théologie évangélique de Vaux S/ Seine. Ce travail aboutit à une 2ème révision qui sortira en 2000.

Quand on y regarde de plus près, les corrections apportées sont mineures.

Juste quelques exemples entre la 1992 et la 2000 :

Dans la 1èrealliance, difficile de voir des changements, mise à part le verset de Gen 3.15 : Celle-ci t’écraseras la tête, et toi, tu lui écraseras le talon corrigé par celle-ci t’écrasera la tête, et tu lui mordras le talon.

En revanche, dans la Nouvelle Alliance, nous en constatons davantage.

Actes 3.19 : Maintenant donc, changez de vie et tournez-vous vers Dieu devient Maintenant donc, changez et tournez-vous vers Dieu; les assistants sont désormais traduits par les diacres.

Mathieu 19.9 : Aussi, je vous déclare que celui qui divorce et se remarie, commet un adultère, – sauf en cas d’infidélité a été revu et ainsi le mot grec « Pornéia » ne se restreint pas à seulement l’infidélité, ce qui devient dans la 2000 Aussi, je vous déclare que celui qui divorce et se remarie, commet un adultère, – sauf en cas d’immoralité sexuelle.

Et le fameux tu as été greffé à leur place, est rendu dans la révision 2000 par tu as été greffé parmi les branches restantes (Rom11.17).Très bonne correction qui mérite d’être soulignée !

En 2001 est sortie la 1ère bible d’étude SEMEUR qui connut un vive succès tant en France qu’en Afrique. On peut dire qu’à ce moment, cette bible a vraiment trouvée sa place parmi les évangéliques. Elle reste proche de la Bible en Français Courant dans le style de traduction.

Comme toute traduction de la bible qui se respecte, une révision a lieu en moyenne tous les 15-20 ans. Il était donc temps de se pencher une nouvelle fois sur la Semeur et dans le courant de l’année 2012, un comité va se rassembler autour de Sylvain ROMEROWSKI composé de Christophe Paya, Jacques Buchold, Matthieu Sanders, Émile Nicole. Sylvain ROMEROWSKI a dû assurer la coordination et la cohérence de la traduction de l’ensemble de la Bible. Trois années furent nécessaires, mais le résultat en vaut la peine. Pour l’édition 2015, la révision a visiblement été beaucoup plus importante. En novembre 2015 sortait la tant attendue Bible SEMEUR révision 2015. Cette bible 2015 est aujourd’hui l’une des plus répandus dans le milieu protestant.

Je reprendrai ici un extrait tiré d’une présentation faite par sylvain ROMEROWSKI :

Précédemment, l’expression rendue habituellement par « craindre l’Eternel » avait été rendue dans la BS par « révérer l’Eternel ». Nous sommes revenus à la traduction habituelle en considérant qu’une certaine crainte doit faire partie d’une relation normale avec Dieu, la crainte de lui déplaire notamment.

Le terme habituellement rendu par « les nations » est maintenant souvent rendu par des expressions comme « les autres peuples », « les peuples étrangers » ou « les peuples non-israélites », ou encore « des non-Israélites ». En effet, l’hébreu disposait de deux termes pour dire « peuple », qui, à la base, s’opposaient vraisemblablement de la manière suivante: l’un désignant le peuple auquel le locuteur appartient, l’autre désignant un peuple qui n’est pas celui du locuteur ou de ses auditeurs. Ce dernier terme ne désigne donc pas nécessairement une nation au sens moderne du terme français. En outre, il convenait d’éviter de suggérer que l’œuvre de salut de Dieu sous la nouvelle alliance concerne des nations en tant que telles: dans le cadre de la nouvelle alliance, Dieu traite avec des individus, « des gens de tous les peuples », et non pas avec des nations en tant que telles.

L’expression « changement de vie » était peu heureuse: elle pouvait faire penser à une réincarnation; ou encore, changer de vie de nos jours, c’est quitter son conjoint, sa profession, aller vivre ailleurs… Nous avons corrigé en « changement profond » (Lc 3.3).

« Ceux qui appartiennent à Dieu » est devenu « les membres du peuple saint », ce qui est plus exact.

Au Psaume 119.160, « Ta parole dans sa totalité est vérité » remplace: « La vérité: tel est le fondement de ta parole ». En effet, le sens de fondement n’est pas attesté pour le terme hébreu correspondant; en revanche, celui de totalité se retrouve ailleurs pour ce mot.

De même, en Proverbes 1.7, « La clé de la sagesse, c’est de révérer l’Éternel » devient: « C’est par la crainte de l’Éternel que commence la connaissance », ce qui est plus proche de l’original hébreu.

En Jean 1.3, à propos de Jésus-Christ Parole de Dieu, l’ancienne version, comme bien d’autres traductions, disait: « Tout a été créé par lui », ce qui induit en erreur en français. En effet, la préposition grecque n’est pas celle qui introduit habituellement le complément d’agent, mais elle indique l’intermédiaire ou la médiation. Nous avons donc corrigé en: « Dieu a tout créé par lui ».

En 1 Corinthiens 14.34, « Que les femmes n’interviennent pas dans les assemblées; car il ne leur est pas permis de se prononcer » devient maintenant: « Que les femmes gardent le silence dans les assemblées; car il ne leur est pas permis de parler ». La nouvelle traduction est globalement plus exacte par rapport à l’original. Notamment, le verbe français « se prononcer » était plus précis que le verbe grec, qui signifie simplement « parler ». D’autre part, l’ancienne traduction privilégiait une option d’interprétation tandis que la nouvelle laisse la porte ouverte à plusieurs interprétations indiquées dans la note.

Éphésiens 4.11 devient: « C’est lui qui a fait don de certains comme apôtres, d’autres comme prophètes, d’autres comme prédicateurs de l’Évangile, et d’autres encore, comparables à des bergers, comme enseignants ». En effet, le terme grec employé ici et d’où dérive notre mot « évangéliste » avait un sens différent de celui qu’a pris notre mot français. Dans notre langue, un évangéliste est quelqu’un qui fait connaître l’Évangile à des incroyants, par quelque moyen que ce soit. Par contre, le terme grec désigne quelqu’un qui exerce un ministère de la parole qui peut s’adresser aussi bien à des incroyants qu’à des chrétiens; d’ailleurs ici, ce ministère s’exerce auprès des membres de l’Église (v. 12). D’où la traduction « prédicateur de l’Évangile ». Quant au terme grec habituellement rendu par « pasteur », ce n’était pas, contrairement à notre mot « pasteur » aujourd’hui, un titre se rapportant à une fonction précise exercée dans l’Église. Il avait le simple sens de berger. L’image du berger était fréquente pour divers types de ministères au sein de l’Église. Elle évoque le fait de prendre soin des membres de l’Église. Ici, ce sont des enseignants qui sont comparés à des bergers. Il n’est pas question de la fonction pastorale avec tout ce qu’elle comporte aujourd’hui, mais simplement d’enseignants qui ont la charge de nourrir les membres de l’Église de la Parole de Dieu.

Pour en savoir plus sur la bible SEMEUR 2015, nous vous proposons la lecture de cet article : https://dominiqueangers.toutpoursagloire.com/bible-semeur-interview-de-sylvain-romerowski-2/

Description

Le succès de cette bible réside dans le style de traduction choisie, car contrairement aux bibles évangéliques communes qui généralement sont des traductions plutôt littérale, le principe qu’utilise la SEMEUR est celui de l’équivalence dynamique (ou fonctionnelle) c’est-à-dire qu’elle rend le texte compréhensible en ne traduisant plus des mots, mais en rendant la traduction tout en tenant compte du sens de la phrase.

La SEMEUR se définit donc comme étant une traduction française de la bible, dont la particularité est de rendre le texte biblique compréhensible au lecteur non averti et de permettre à ceux qui sont familiarisés d’apprécier de manière nouvelle le sens et la richesse du message.

La traduction a été faite sur la base des textes hébreux, araméens et grecs.

Les poids et unités de mesure sont tous convertis en langue moderne.

Les livres de la 1ère alliance sont classés selon l’ordre du canon protestant classique, et ne contient donc aucun livre apocryphe.

La Bible SEMEUR est toujours proposée sous un format compact comprenant des courtes introductions pour chaque livre, des cartes, et quelques notes, ainsi qu’un plan de lecture en deux ans.

Pour la révision 2015, on trouve plusieurs déclinaisons, à savoir :

Une bible d’évangélisation qui est sortie durant l’ été 2018. Un très bon rapport/qualité/prix pour la distribution en masse ou pour offrir à des amis.

On trouve également une bible pour les couples : https://www.bibliorama.org/enfin-une-bible-pour-les-couples/

Une bible en gros caractères, car peu de maison d’édition en propose.

La version d’étude est sortie en Mars 2018. C’est un véritable outil de travail dont voici la présentation

Description :

La Bible d’étude du Semeur est le fruit du travail d’une équipe de théologiens évangéliques francophones. Elle s’appuie sur le texte de la Bible du Semeur, édition 2015 et contient :

Des introductions qui préparent à la lecture

  • Une introduction générale au canon biblique (Ancien Testament et Nouveau Testament).
  • Des introductions aux différents corpus bibliques : Pentateuque, Prophètes, évangiles synoptiques, lettres de Paul.
  • Une introduction à chaque livre biblique, traitant des questions d’auteur, de contexte historique, de datation, de structure et de portée théologique.

Des notes explicatives

  • Des notes de versets qui, en apportant des éléments d’ordre historique et géographique, exégétique et parfois théologique, permettent de mieux comprendre le sens d’un verset, de repérer les enjeux de son interprétation et les débats qu’elle suscite, de le situer dans le contexte de la théologie biblique. Les divergences de manuscrits sont également indiquées.
  • Des notes de section qui dégagent l’essentiel de l’enseignement d’un ensemble de versets et mettent en évidence l’évolution de la pensée de l’auteur dans le livre.

Des parallèles

  • Les références bibliques situées dans la colonne entre le texte et les notes permettent de retrouver les passages parallèles, soit au mot, soit à l’expression, soit au verset entier, et sont signalées dans le texte par les lettres a, b, c.

Des illustrations, des planches hors texte et des cartes en couleurs

  • 53 tableaux, synthèses, chronologies, plans et cartes.
  • 12 cartes en couleurs qui permettent de situer les événements du récit biblique.

Des index

  • Un index des personnages, peuples et lieux.
  • Un index thématique.
  • Un index des notes principales (A.T. et N.T.) regroupant les notes qui développent un thème biblique important.
  • Un index qui reprend chaque lieu inscrit sur les 12 cartes en couleurs.

Les nouveautés de l’édition révisée 2018

  • Une présentation plus claire, plus agréable à lire, en deux couleurs.
  • Des notes de section supplémentaires sur la majorité des livres bibliques.
  • Des notes récapitulatives sur les cinq grandes parties du livre des Psaumes.
  • Des notes explicatives entièrement révisées.

QUELQUES DIFFÉRENCES ENTRE LES RÉVISIONS

Genèse 1.1
1992et 2000 : Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre. Or, la terre était alors informe et vide.
2015 : Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre, or la terre était chaotique et vide.

Genèse 3.15
1992 : Celle-ci t’écrasera la tête, et toi, tu lui écraseras le talon.
2000 et 2015 : Celle-ci t’écrasera la tête, et tu lui mordras le talon.

Proverbes 8.22
1992 -2000 : Or l’Éternel me possédait tout au début de son activité.
2015 : L’Éternel m’a donné naissance tout au début de son activité.

Proverbes 17.17
1992-2000 : Un ami aime en tout temps et, quand survient l’adversité, il se révèle un frère.
2015 : Un ami aime en tout temps et le frère est né pour le jour où l’on se trouve dans l’adversité.

Ésaïe 6.2
1992 :- 2000 : Des séraphins se tenaient au-dessus de lui ;
2015 : Des êtres à forme de serpents se tenaient debout

 

1992-2000
Priez donc ainsi :
Notre Père,
qui es aux cieux,
que ton nom soit sanctifié
que ton règne vienne,
que ta volonté soit faite,
sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui
le pain dont nous avons besoin
pardonne-nous nos torts envers toi
comme nous aussi, nous pardonnons
les torts des autres envers nous
Ne nous expose pas à la tentation
et surtout, délivre-nous du diable
[Car à toi appartiennent le règne et la puissance]

 

2015
Priez donc ainsi :
Notre Père,
toi qui es dans les cieux,
que tu sois reconnu pour Dieu,
que ton règne vienne,
que ta volonté soit faite,
et tout cela, sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui
le pain dont nous avons besoin,
pardonne-nous nos torts envers toi
comme nous pardonnons nous-mêmes
les torts des autres envers nous.
Garde-nous de céder à la tentation,
et surtout, délivre-nous du diable.
[Car à toi appartiennent le règne
et la puissance et la gloire à jamais].

Remarques