Les Catholiques
Parution 1950, 1968, 1997, 2014
Éditeur Brepols
Traduction Semi-littérale
Lecture Agréable
Public Tout public
Confession Catholique
Source AT Massorétique
Source NT Texte minoriataire
Deutérocanoniques Oui
Ordre des livres Canon catholique
Unités poids et mesures Ancienne

HISTORIQUE DES PARUTIONS :

1948 : Le Nouveau Testament
1949-1950 : 1ère édition de la Bible de Maredsous
1959 : Petite Bible du peuple chrétien par Dom Paul Passelecq
1968 :  2ème édition révisée
1975 : Nouvelle édition de la révision de 1968
1977 : Édition de poche préfacée de Dom Irénée Fransen
1992 : Nouvelle édition – texte et notes de 1968
1997 : Bible Pastorale – texte de 1968
2014 : Nouvelle édition – Modèle avec grands caractères – texte de 1968

 

Les origines du projet

Traduction de la bible établie par les moines de l’abbaye de Maredsous en Belgique, sous la direction de Dom Georges Passelecq.

1968, deuxième révision

Une révision est entreprise dès 1964 avec l’aide des moines de l’abbaye de Hautecombe. Quatre années de travail seront nécessaires pour que cette révision paraisse en mars 1968.
Le Concile de Vatican II souhaite que les traductions entreprises tiennent compte des nouvelles recherches archéologiques, de l’évolution de la langue française et une plus grande précision dans la traduction. Dans cette nouvelle révision, on pourra souligner deux changements importants.

1. On ne s’adressa plus à Dieu avec le vouvoiement mais le tutoiement sera appliqué.
2. L’autre concerne le nom de Dieu, le tétragramme sacré qui dans la traduction de 1950 était rendu par Seigneur YAHWEH, la nouvelle révision rendra par Seigneur Yahvé.

Un lexique accompagne cette nouvelle révision, qui a été exécuté sous la direction de R.F Poswick.

1997, la Bible Pastorale

A l’occasion du 125ème anniversaire de la fondation de l’Abbaye de Maredsous (1872-1997), les Éditions Brepols ont édité cette  » Bible Pastorale « . Elle reprend le texte de 1968 et contient des notes exégétiques, pastorales et liturgiques. Elle s’enrichit d’abondantes introductions, d’un large lexique entièrement nouveau et d’un guide de lecture liturgique.
Des renvois relient chaque passage biblique à ses utilisations dans la liturgie byzantine, catholique et juive.
Dimension : 24,8 x 17,4 x 5,3 cm • 1852 pages.

2014, nouvelle édition grands caractères

Ce sont les Éditions Fidélité qui ont opté pour cette présentation originale et renouvelée de la Bible de Maredsous.
Le texte biblique n’a pas subi de correction. Il est identique à celui que l’on trouve dans la traduction de 1968 et dans la Bible Pastorale de 1997.
Cette bible reprend les notes que l’on retrouvait dans la Bible Pastorale sous forme de petites introductions aux différents passages bibliques et des cartes.
Pour facilité la lecture, on a eu recours à des caractères très lisibles, ce qui fait la spécificité de cette édition.
Elle est facilement identifiable avec sa couverture souple rouge avec la simple mention en lettre dorée : Bible de Maredsous.
La reliure est cousue. Dimension : 17,1 x 3,3 x 24 cm  • 1980 pages

 

Différences entre les révisions

 

 

 

 

Description

La Bible Maredsous se classe parmi les bibles catholiques et contient donc neuf livres deutérocanoniques.
Elle a spécialement été étudiée dans le but d’être entendue facilement par tous en lecture à haute voix.
Cette bible est un assez bon compromis entre une traduction à équivalence formelle et une équivalence dynamique.
Sur l’échelle NALOT, elle occupe la 9ème place.

 

 

 

 

Remarques

Matthieu 3.17 : Et du ciel une voix se faisait entendre: «Voici mon Fils bien-aimé, sur qui je porte mon affection.»

La version de 1950 : Le fruit de l’Esprit au contraire, c’est la charité, joie, paix, longanimité, affabilité, bonté, fidélité, douceur, tempérance. Galates 5.22

Hébreux 11.1 : La foi est le fondement de l’espérance, c’est une certitude au sujet de ce que l’on ne voit pas. (1950)

Apocalypse 1.10 : j’entrais en extase un dimanche (1950)

La révision de 1968 a apporté une correction sur le passage de Genèse 3.15 le rendant ainsi :
Entre toi et la femme, je mettrai la haine entre ton lignage et le sien.
Celui-ci te blessera à la tête, et toi tu le blesseras au talon.
En hébreu, il s’agit bien d’un pronom masculin. Pour en avoir plus : https://www.bibliorama.org/le-protevangile-de-genese-3-15/

 

Luc 1.24 : L’ange lui dit en entrant : « Je te salue, pleine de grâce, le Seigneur est avec toi ! « .
Le pleina gracia subsiste comme chez Crampon, respect dut à la Vulgate, mais aussi à la prière « Ave Maria« .

 

Philippiens 2.5 :
Ayez en vous les sentiments qui furent dans le Christ Jésus.
Quoiqu’il fût de condition divine, il ne s’est pas prévalu de son égalité avec Dieu;
mais il s’est anéanti lui-même, en prenant la condition d’esclave et se faisant pareil aux hommes.
Et quand il eût revêtit l’aspect d’un homme,
il s’est encore abaissé lui-même en se rendant obéissant jusqu’à la mort, la mort de la croix.
Aussi, Dieu l’a t-il souverainement exalté et lui a t-il conféré le nom qui est au-dessus de tout nom
afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse, au ciel, sur la terre et dans les enfers,
et que toute langue professe, à la gloire de Dieu le Père, que Jésus Christ est Seigneur.

 

Hébreux 13.8 : Jésus-Christ, hier, aujourd’hui, éternellement, est toujours le même.

 

 

 

 

LA SAINTE BIBLE – Édition Brepols ©1977
Texte de 1968

Bible Maredsous 1968