Utilisant un pronom masculin

NEG 1975 : celui-ci t’écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon.
P.de Beaumont : Lui te meurtrira la tête et toi, tu le meurtriras au talon.
JER : Je mettrai une hostilité entre toi et la femme, entre ton lignage et le sien.
Il t’écrasera la tête et tu l’atteindras au talon.
Bible Juive C : il te blessera la tête et tu lui blesseras le talon.
Chouraqui : Lui, il te visera la tête, et toi, tu lui viseras le talon.
Meschonnic : Lui t’écrasera la tête – et toi – tu lui mordras au talon.
Maredsous : Celui-ci te blessera à la tête, et toi tu le blesseras au talon

Utilisant un pronom féminin

Toute la famille Segond traduit : celle-ci t’écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon.
TOB : Celle-ci te meurtrira à la tête et toi, tu la meurtriras au talon

Utilisant un pronom pluriel

FC : Je mettrai l’hostilité entre la femme et toi, entre sa descendance et la tienne.
La sienne t’écrasera la tête, tandis que tu la mordras au talon.
BAY : Je vous ferai ennemis – toi et la femme, tes enfants et ses enfants –
ils viseront ta tête, tu viseras leur talon
PDV : Ceux qui naîtront d’elle t’écraseront à la tête, et toi, tu les blesseras au talon.

À première vue, les traducteurs ne semblent pas unanimes. Selon l’emploi de l’un ou de l’autre pronom, on peut donner différentes interprétations à ce passage, s’appuyant parfois sur celui-ci pour soutenir une théologie.

Eve, ayant été séduite par le serpent, a pris du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, sur lequel Dieu avait dit : vous n’y toucherez point car le jour où vous en mangerez-vous mourez de mort…. dit le texte littéralement pour bien appuyer.

Dieu appelle l’homme, qui accuse la femme, qui à son tour accuse le serpent.

Le jugement tombe premièrement sur le serpent, lui qui est l’instigateur de cette tentation aux conséquences universelles. Dieu maudit l’animal qui se retrouve à ramper sur son ventre, devenant un animal dont le Lévitique classe parmi les impurs.

Sa nourriture sera la poussière, ce qui caractérise la position humiliée et méprisable du serpent (Michée 7.17 ; Psaumes 72.9). C’est la position du perdant d’où l’expression « faire mordre la poussière à quelqu’un ».

Puis Dieu s’en prend à Satan, qui s’est manifesté sous les traits du serpent (Apocalypse  20.2). Une guerre est déclarée entre la femme et le Serpent, mais pas seulement elle, toute sa descendance sera en guerre contre celle du Serpent. Mais une lueur d’espoir est donnée à l’humanité, d’où l’appellation de ce passage « le Protévangile ». C’est la première annonce d’une future rédemption en la personne du Messie.

Et c’est là qu’il convient de s’arrêter sur ce passage.

Je mettrai une hostilité entre toi et la femme,
entre ton lignage et le sien.
Il t’écrasera la tête et tu l’atteindras au talon.

  1. L’emploi du pronom masculin

La traduction grecque des Septante a très justement traduit par un pronom masculin, attribuant ainsi cette victoire, non à la descendance de la femme, mais à un individu en particulier. C’est ainsi qu’est amorcé l’interprétation messianique dans l’ancienne tradition juive. Beaucoup des Pères de L’Église ont d’ailleurs repris et commenté dans ce sens. Dans cette traduction, on y place le « lignage » victorieux de la femme dans une forme personnelle. « Autos », qui veut dire « il », écrasera la tête du serpent. « Autos » étant un pronom masculin pour le substantif neutre « tò sperma » (le lignage). « Il » est ici une personne concrète et non pas simplement l’humanité en général comme le laisse entendre les traductions utilisant un pronom pluriel.

« IL » est le messie Yeshoua, qui écrasera la tête du serpent sur le mont Golgotha.
Ce passage nous parle de l’incarnation du Messie, qui doit venir en chair par une femme, issu de la postérité d’Eve, la mère de tous les vivants. Il nous annonce une blessure au talon, annonce de la crucifixion.
Le Nouveau Testament, à plusieurs reprises reprend cette idée et affirme l’accomplissement dans la personne et l’œuvre de Jésus-Christ, né d’une femme, d’une jeune vierge (Es 7.14 ; Gal 4.4) et qui anéantira le pouvoir de l’ennemi (Romains 5.8-21 ; Colossiens 2.13-15).

Que dit la guématria ?

En hébreu, le mot serpent se dit nahash נחש, sa valeur numérique est de 358.
Un autre mot possède également la valeur 358, il s’agit du mot Messie, Mashiah en hébreu משיח.
Il y aurait donc une relation entre le serpent et le Mashiah. Les sages d’Israël posent en effet la question de savoir qui sera celui qui écrasera la tête du serpent ? La réponse est : le Messie, mais au prix d’une blessure au talon.

En 1986, lors de fouilles archéologiques en Israël, il a été découvert un ossuaire datant du Ier siècle et contenant les ossements d’un crucifié. Le clou est effectivement placé dans le talon et non dans la face supérieure des pieds comme le montre les représentations de tableaux. Ce qui montre la précision de la prophétie accomplie.

Cette relation serpent/messie est reprise dans l’épisode du serpent d’airain (Nombre ch.21) et ensuite par Jean dans son évangile : Et comme Moïse éleva le serpent dans le désert, il faut, de même, que le Fils de l’homme soit élevé.
afin que quiconque croit en lui ait la vie éternelle.
Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle
. (Jean 3.15)

Le salut, la guérison sont accomplis par le Messie lorsqu’il est élevé sur la croix, prenant ainsi la malédiction prononcé au serpent dans le jardin d’Éden.

 

  1. L’emploi du pronom féminin

Dans la Vulgate, traduction latine de la Bible datant du IVe et que l’on doit à St Jérôme, on met davantage l’emphase sur l’aspect marial. On peut y lire « Ipsa conteret caput tuum », ce qui signifie « Elle t’écrasera la tête ». On voit alors comment dans ce cas-ci, le rôle de la Vierge Marie est davantage mis en avant, car elle représente la nouvelle Ève qui écrase le serpent. On peut d’ailleurs voir sur plusieurs tableaux ou statue de la Vierge, celle-ci écrasant la tête du serpent. Ce n’est plus, dans ce cas le Messie qui écrasera la tête du serpent mais belle et bien la Vierge Marie.

Remarquez le serpent sous les pieds de la vierge

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De ce verset aussi a été tiré le privilège de Marie, dogme que les catholiques appellent « l’Immaculé Conception ». Marie serait une créature parfaite, inséparable du Fils de la femme.
Dieu l’a placé au milieu des pêcheurs pour qu’elle les aide (Jean 2.4 ; Jean 19.26) est devient ainsi le modèle de tous ceux qui obtiennent le salut. Marie est la 2ème Eve.
L’Immaculée Conception  désigne le fait que la Vierge Marie a été conçue « sans tache », c’est-à-dire exempte du péché originel. Ce dogme est solennellement défini le 8 décembre 1854 par Pie IX.

Pourtant la Bible déclare clairement : tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu (Romains 3.23 ; 5.12).

Vous voyez les partis que l’on peut tirer à partir d’un simple pronom.

  1. L’emploi d’un pronom pluriel

BAY : Je vous ferai ennemis – toi et la femme, tes enfants et ses enfants – ils viseront ta tête, tu viseras leur talon
PDV : Ceux qui naîtront d’elle t’écraseront à la tête, et toi, tu les blesseras au talon.

Selon ces traductions, il n’est plus question de Marie, encore moins du Messie, mais plutôt de la descendance de la femme, c’est-à-dire ses enfants. La Bayard est déjà assez claire, mais la PDV égare le lecteur et fait reposer cette espérance sur l’humanité. Qu’est-ce que cela veut dire ? Que ceux-ci n’auront nullement besoin d’un Sauveur, car il est dit qu’ils s’affranchiront par eux-mêmes de cette malédiction. Ce n’est plus Jésus qui écrasera la tête du serpent, mais bien des individus, vous, moi. Bien sûr, on peut y voir aussi que ceux qui sont dans le Christ ont cette autorité selon les paroles de Jésus en Luc 10.19 : Voici, je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions et sur toute la puissance de l’ennemi, et rien ne pourra vous nuire.

  1.  Autre interprétation

Voici un commentaire du Targoum sur ce passage de Genèse 3.15 : Je mettrai une inimitié entre toi et la femme, entre les descendants de tes fils et les descendants de ses fils. Et il arrivera que lorsque les fils de la femme observeront les préceptes de la loi de Moise, ils te prendront pour cible et ils t’écraseront la tête. Quand par contre ils oublieront les préceptes de la loi, toi tu leur tendras un piège et les mordras au talon. Cependant, pour eux il y aura un remède, alors que pour toi il y n’aura pas de remède. Ils trouveront un remède pour leur talon le jour du roi messie.

Psaumes 108.14
Avec Dieu, nous agirons vaillamment.
C’est lui qui écrasera nos adversaires.

2 Thessaloniciens 2.8
Alors se révélera l’impie, que le Seigneur [Jésus] détruira par le souffle de sa bouche et qu’il écrasera par l’éclat de son avènement.

Romains 16.20
Le Dieu de paix écrasera bientôt Satan sous vos pieds. Que la grâce de notre Seigneur Jésus soit avec vous !