Le lecteur de la bible aura certainement remarqué que le lac en question porte 4 noms différents.

Le lac de Galilée est situé à l’est de la plaine de Meguido. Cette mer, ou lac est long de 20 km du nord au sud et 13km de large dans sa partie la plus évasée. Sa profondeur maximale atteint 48m. Le lac de Galilée est situé à -210 m au dessous du niveau de la mer (pour info la mer morte ou salée se trouve à – 403 m au dessous du niveau de la mer). Il couvre une surface de  170 km carré. Le lac de Galilée est alimenté principalement par les eaux de pluie et les eaux du Jourdain et certaines sources locales.

Le Jourdain, en effet  (en hébreu Yarden – qui descend) vient principalement alimenter le lac par le Nord. Le Jourdain provient de plusieurs sources aux alentours du Mont Hermon (2740 m).
A certaines périodes de l’année, le débit est très important. Le Jourdain continue sa course en ressortant par l’extrémité sud du lac et descend  ainsi jusqu’au sud pour se jeter dans la mer morte (- 403 m). C’est une véritable descente pour la Jourdain, pour faire un jeu de mot, depuis 2740 m jusqu’à – 403 m.

Les eaux du lac abondent en poissons, beaucoup de pêcheurs s’y étaient installés et gagnaient leurs vies grâce à cette activité.  Henry Tristam, explorateur britannique, recensa quelques 22 espèces différentes. L’espèce la plus abondante est le Chromis tibériadis.

Dans les évangiles, nous constatons que bons nombres de temps forts sont associés avec ce lac.
C’est un lieu de pêche très abondant qui abritent bons nombres d’espèces de poissons.
Les deux épisodes de pêche miraculeuse ont  lieu à cet endroit (Lc 5.6 ; Jn 21.8).
Les deux multiplications des pains ont eu lieu au bord de ce lac.
Jésus a marché  sur ces eaux (Matth 14. 22-33), il a calmé la tempête (Mc 4.35-41).

Le premier nom que nous trouvons est celui de mer de Kinnereth  (No 34.11 ; Deut 3.17 ; Jos 11.2, etc…). On ne le trouve que dans l’Écriture (La première alliance) en référence avec le partage du pays après sa conquête sous Josué.
Les mots Kinnereth et Kinnor sont très proches, ils ont la même racine. En hébreu, une harpe se dit Kinnor. Vu des montagnes environnantes, le lac avait une forme de harpe ou de lyre. Est-ce la raison pour laquelle on lui a attribué ce nom ? Peut-être.

 

 

Yam Kinnereth (lac de Kinnereth)          Kinor (Harpe)

 

Dans le Nouveau Testament, nous trouvons 3 noms différents : lac de Galilée, de Génésareth et Tibériade.

Le lac de Génésareth, littéralement  « le jardin du prince « , l’un des noms du lac que l’on trouve à 3 reprises ( Matth 14.34; Mc 6.53; Lc 5.1).

Le lac de Tibériade est une précision exclusivement Johannique. Il est le seul à l’utiliser. A deux reprises dans son évangile, Jean mentionne le lac de Tibériade (Jn 6.1 ; 21.1). A l’époque où il rédigea son évangile, c’est-à-dire vers la fin du premier siècle (80-90), ce lac n’était connu par les  destinataires grecs que sous le nom de Tibériade. Il porte ce nom au fait qu’Hérode Antipas y refonda une ville en l’an 22 en l’honneur de l’empereur Tibère. Néanmoins, au chap. 6, Jean l’appelle communément le lac de Galilée. Jean et Jacques, son frère, tous deux fils de Zébédée, ainsi que Pierre et André étaient natifs de cette région. C’est au bord de ce lac même que Jésus leur lança l’appel à le suivre.(Matth 4. 18-22)

 

Flash Archéologie : En hiver 1986, des chercheurs ont découvert dans les fonds du lac de Galilée un vestige unique de barque romaine de pêche qui pourrait vraisemblablement  avoir été utilisée entre la fin du 1er siècle av. J. C. et la seconde moitié du 1er siècle de notre ère. La datation au Carbone 14 donnerait une plage entre -50  et + 50 ap J.C. Ce bateau en bois de cèdre et de cyprès, de 9 mètres de long et de 2 à 3 mètres de large pouvait transporter aisément une quinzaine de personnes. On peut donc bien imaginer Jésus et ses 12 disciples à bord d’un bateau similaire.