10 février 2021
Alexandre Nanot

Jean 10.30 – Moi et le Père, mystère de la trinité

La trinité, le sujet à polémique ! Pour l’avoir nié, certains ont été excommuniés, d’autres comme Michel Servet en 1553 ont dû subir le bûcher. Les anti-trinitaires, les unitariens, les…
"

Lire l'article

La trinité, le sujet à polémique !

Pour l’avoir nié, certains ont été excommuniés, d’autres comme Michel Servet en 1553 ont dû subir le bûcher. Les anti-trinitaires, les unitariens, les ariens modernes ont leurs versets-arguments pour démontrer qu’il n’y a pas trois personnes et l’un d’entre eux est celui de Jean 10.30. Les juifs déduisent donc de cette affirmation de Jésus qu’il se fait égal avec Dieu, lit-on au verset 33.

Voyons comment les traductions françaises rendent ce verset :

Toutes les Segond : Moi et le Père nous sommes un.

S21 : Le Père et moi, nous sommes un.

SEM : Or, moi et le Père, nous ne sommes qu’un

OLTRAMARE : Le Père et moi, nous ne faisons qu’un

PDV : Mon Père et moi, nous sommes un

et là où ça devient problématique.

De Sacy : Mon Père et moi nous sommes une même chose

Vulgate : Moi et mon Père nous sommes une seule chose.
Cependant nous lisons dans les notes :  » Il affirme la distinction des personnes divines et la consubstantialité du Père et du Fils avec le mot  » nous sommes « , il montre la distinction et la simple unité avec le mot  » une « .

Augustin remarque avec raison que le mot nous sommes, qui établit une distinction entre le Père et le Fils, réfute le sabellianisme ; et que le mot un ou une même chose réfute l’arianisme.

La Bible de Jérusalem note : cette affirmation vise en premier lieu la commune puissance de Jésus et du Père mais indéterminée à dessein, elle laisse entrevoir un mystère d’unité plus large et plus profond.

John MacArthur : Cette phrase souligne que les deux personnes de la Trinité ont une action et un but commun en faveur de la sécurité du troupeau, présuppose leur unité de nature et d’essence. (Jn 17.22).

Jésus parlait hébreu et non le grec

Arrêtons-nous à présent sur un mot en hébreu du Chéma, lorsque Jésus dit :
moi et le Père, nous sommes un, il parle hébreu : Ani véAvi E’had AnaHénou, il utilise le mot E’HAd, qui signifie UN.

Or l’hébreu a deux mots pour désigner UN, Yarid et E’Had.

Yarid exprime une unité absolue, un verre, un stylo – Zacharie 12.10 : il est question d’un fils unique qui se dit « ben yarid » = un seul fils, dont UNIQUE

Le mot E’Had vient d’une racine a’had qui signifie = unifier, réunir, réunir – constituant une unité.
A chaque fois que nous trouvons ce mot dans l’Écriture, il exprime cette notion d’unité pluriel.
Si je parle de peloton militaire, je compte 3 pelotons, mais chaque peloton est composé de plusieurs individus qui forme un peloton. On parle d’unité pluriel.
Un peloton est une unité militaire de petite taille. En hébreux, typiquement, nous utiliserions le mot E’Had.

Genèse 1-5 : Jour Un – Yom E‘Had, il désigne l’unité du jour et de la nuit.

C’est la même analyse que pour le couple :
Genèse 2-24 : C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair.

Genèse 2-24 : C’est pourquoi un homme se séparera de son père et de sa mère et s’attachera à sa femme, et les deux ne feront plus qu’un. SEMEUR
Lebassar E’Had = une seule chair, mais 2 unités distinctes.

Ezekiel 37.7 : deux pièces de bois en une seule pièce.

Pour revenir au « Sh’ma Israël, Adonaï Elohénou, Adonaï E’Had « , Le Seigneur est UN, et pour UN, il est utilisé ce mot E’Had, qui décrit une unité composée, une unité dans une pluralité.
Moïse, dans le Sch’ma, a volontairement utilisé le mot E’HAD pour exprimer une unité plurielle au sein de la divinité.

Par la révélation de l’Écriture, nous apprenons qu’il n’y a qu’un SEUL DIEU. On parle de l’Unicité de Dieu, Dieu Unique. Jésus et le Père sont un comme le mari et sa femme font un.

L’une des meilleures définitions de la Trinité serait celle de Warfield : Il n’y a qu’un seul et vrai Dieu, mais l’unité de la divinité comprend trois personnes co-éternelles et co-égales des mêmes substances mais distinctes en existences. Chacune des trois personnes possède la totalité de l’essence indivisé et indivisible de Dieu.

Alexandre NANOT

9 Commentaires

  1. Falabregue sonia

    C’est de l’or en barre !!! J’aime particulièrement la définition de Warfield.
    Toda raba Alex pour ce « cadeau »
    S.

    Réponse
    • Ludovic Rougé

      Excellent !

      Réponse
  2. Fabrice Besson

    Amen amen frère c’est entièrement cela,

    Réponse
  3. Daniel

    Voici comment j’ai compris la trinité, quelques réflexions personnelles :
    -L’homme est un, mais il est composé de corps, âme et esprit.
    -Ces trois choses sont divisibles (séparation corps / âme-esprit à la mort ; séparation corps/âme au jugement par la parole de Dieu Hebreux4:12) On peut donc perdre son corps et aussi son âme (Matt16:26)
    -Ces trois choses ont des volontés distinctes (volonté chair/volonté esprit (Gal5:16-17)

    -L’homme a été crée à l’image de Dieu
    -Dieu est Père fils et saint esprit

    J’en conclus
    -que le père est l’âme de Dieu (c’est toujours le Père aime)
    -L’esprit et évidemment l’esprit de communion
    -Jésus est la chair de Dieu, la chair (1Tim3:16 dans une bonne version)

    Quelques réflexion :
    -Jésus a été engendré comme Fils de Dieu puisqu’il est sortie du Père, non comme un être nouveau mais comme une séparation de ce qui constitue l’être de Dieu

    -Quand Jésus était sur la croix et qu’il a été abandonné par son Père, c’est Dieu qui est passé par la mort.
    -Puisque la trinité de Dieu a été rétablie après la résurrection de Jésus, notre trinité sera rétablie lors de notre résurrection.

    Réponse
  4. François Grenier

    C’est une très bonne idée d’avoir fait ce rapprochement en très Jean et le Sh’ma Israël: « Sh’ma Israël, Adonaï Elohénou, Adonaï E’Had ». Je le pense vraiment et sans critique.

    Cependant permettez moi de mettre des bémols à votre démonstration.
    1- Le sujet ici ne concerne que le Fils et le Père et non une quelconque trinité.
    2- L’unité déclarée ici entre le Père et le Fils concernera aussi chacun de ceux qui auront cru et auront marché comme disciples. Voir Jean 17.
    3- Cette unité n’implique pas que nous deviendrons les égaux de dieu.

    Aussi cette question que je pose avec respect.
    Pourquoi ce « E’Had » impliquerait-il alors une égalité de statut entre le Père et le Fils. Ne restera-t-il pas toujours soumis au Père, donc d’un statut inférieur ?

    Je ne demande pas de débats sans. fin. Je déteste cela. comprenez seulement que l’on puisse avoir une autre compréhension que celle enseignée depuis 17 siècles.

    Cordialement.

    François

    Réponse
    • Éric

      Bonne réflexion. Merci

      Réponse
  5. Gérard Lours

    Mon avis =>
    Depuis le 4 éme siècle, le dogme de la trinité a causé beaucoup de souffrance aux disciples de Christ par des séparations du corps de Christ dues à la théologie de la trinité.

    Or les croyants en christ ne peuvent pas faire l’économie de l’intelligence et de la réflexion , et donc toutes les questions qui surgissent sont légitimes, et donc aussi celles sur les interactions entre le Père, le Fils et le St Esprit .

    Cependant, il faut avoir à l’esprit que nous sommes enfermés dans la matière, elle même limitée par le temps et l »espace. Ce qui fait que nous connaîtrons vraiment Dieu comme il nous connaît et tel qu’Il est. C’est lorsque que nous aurons quitté cette enveloppe matérielle que certaines réponses à nos nombreuses questions nous serons compréhensibles.

    Une image m’a aidé à lâcher prise raisonnablement dans ce questionnement sur la trinité, en suivant le raisonnement ci-dessous .

    L’eau, signe de la pureté pour beaucoup et indispensable à la vie , a une composition unique et est identifiée par H2O. Elle peut être présente sur notre planète sous 3 formes, à savoir :
    1/- Gazeuse sous forme de vapeur
    2/-Solide sous forme de glace
    3/-liquide sous forme d’eau

    Par cet exemple simple, il est ainsi possible de comprendre que l’eau existant un temps sous forme liquide puisse se transformer à un autre moment ou lieu et en d’autres circonstances (ou pressions) en gaz ou solide, et vice versa. Mais ces différentes formes de matérialisation et de d’interactions avec notre univers fini sont cependant toujours issues de la même substance, à savoir H2O.

    Ramené à cette image plus simple, et en se rappelant que les écritures nous présentent le Christ comme étant l’image du Dieu invisible et l’empreinte de sa substance, ce mystère dit de la trinité n’est peut-être pas aussi compliqué qu’on voulut le théoriser les pères de l’Eglise. Car le Christ, le Père et le St Esprit peuvent ne pas se présenter à nous de la même façon par rapport à l’angle avec lequel l’on observe les écritures, Bien qu’il ne fasse pas discussion que les 3 soient de la même nature . Peut-être sont-ils comme la substance H2O ?

    Amicalement en Christ

    Réponse
  6. Makensonn

    Il me semble que Jésus parlait durant son temps en araméen.
    Ne pouvons nous pas voir dans le terme Elohim un indice également? Un terme au pluriel mais toujours (en ce qui concerne le Dieu d’Israël) est accompagné d’un verbe au singulier

    Réponse
  7. samuel laffont

    Matthieu 11.27: Tout m’a été remis par mon Père, et personne ne connaît le Fils, si ce n’est le Père, personne non plus ne connaît Père, si ce n’est le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler .

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Plus d’articles