La Segond 1975 ainsi que la Colombe et la 1910 traduisent ainsi :

Voici l’hippopotame,
à qui j’ai donné la vie comme à toi  !
Il mange de l’herbe comme le bœuf.
Il est la première des œuvres de Dieu;
Celui qui l’a fait l’a pourvu d’un glaive.

 

Prendras-tu le crocodile à l’hameçon ?
Saisiras-tu sa langue avec une corde ?

 

FC1997 : Regarde bien ce monstre qu’est l’hippopotame – Vas-tu pêcher le grand dragon à l’hameçon ?

PDV : Regarde bien le gros Animal de l’eau – Est-ce que tu vas pêcher le dragon Léviatan comme une carpe ?

TOB : Voici donc le Bestial – Et le Tortueux, vas-tu le pêcher à l’hameçon ?

PEU : j’ai fait aussi la Bête – le Léviathan

JER : Béhémoth, ma créature – Et Léviathan

NBS : Voici Béhémoth, je l’ai fait comme toi !  Tireras-tu Léviathan avec un hameçon ?

S21 : Vois l’animal par excellence que j’ai créé, tout comme toi ! Prendras-tu le léviathan à l’hameçon?

 

Hiné na Béhémoth

Timchor Leviatan Berakha

Personnellement, lorsque l’on n’est pas sûr de la traduction d’un mot, il serait préférable de le garder en hébreu. C’est mon avis personnel. Traduire  par hippopotame et crocodile n’est pas véritablement bon.

 

Nous trouvons des détails intéressants dans un écrit apocryphe appelé l’Apocalypse d’Esdras ou Esdras 4. Cet écrit daterait du IIème et IIIème, il est présent dans la Septante et repris dans la TOB 2010.

Voici un extrait du ch 4 : Le cinquième jour, tu dis à cette cinquième partie où l’eau était rassemblée, de produire les oiseaux vivants et les poissons.

Et cette eau muette et inanimée produisit des êtres vivants afin de faire proclamer par là ta gloire aux générations.

Tu conservas ce jour-là deux animaux que tu avais créés ; tu nommas l’un Béhémot et l’autre Léviatan.

Tu les séparas l’un de l’autre; car cette septième partie où l’eau était rassemblée ne pouvait les porter.

Tu donnas à Béhémot une partie de la terre qui s’était desséchée le troisième jour pour y habiter, là où sont quatre montagnes.

Tu donnas à Léviatan la septième partie humide, et tu les gardas là pour leur faire détruire ce que tu voudrais.

 

Ce passage est un commentaire du récit de la création qui en rien ne contredit pas ce que nous lisons en Gn 1.21, là où il est dit que Dieu a créé les grands monstres marins, d’autres traduisent  « grands monstres des mers », CHOU : Élohîm crée les grands crocodiles, PLÉIADE : Élohim créa donc les grands dragons. Bref, nous voyons bien que là aussi personne n’est d’accord sur la traduction, chacun y va de sa propre compréhension.

La littérature rabbinique attribue à ces « monstres marins » les deux bêtes décrites dans Job ch.40, à savoir Béhémot et Léviathan. Ce sont d’eux qu’il serait question.

Dans l’eschatologie du judaïsme, on raconte que ces deux bêtes seront consommées lors du festin des justes pendant le règne du messie. Dieu, en effet égorgera ces monstres et donnera leur nourriture lors du grand festin eschatologique.

Le Psaumes 74.12 va dans ce sens, il est dit :

Dieu est mon roi dès les temps anciens,
Lui qui opère des délivrances au centre de la terre.

C’est toi qui as fendu la mer par ta puissance,
Tu as brisé les têtes des monstres sur les eaux ;

C’est toi qui as écrasé les têtes du Léviathan.
Tu l’as donné pour nourriture à tout un peuple, aux habitants du désert

 

Esaïe 27.1 : En ce jour, l’Éternel frappera de sa dure, grande et forte épée le Léviathan, serpent fuyard, Le Léviathan, serpent tortueux ; Et il tuera le monstre qui est dans la mer.

Ces deux bêtes pourraient être rapprochées aux deux bêtes de l’Apocalypse ch.13 v 1 et 11, l’une monte de la mer (Léviathan) et l’autre de la terre (Béhémot)

 

 

Alexandre NANOT