La plupart des commentaires bibliques évoquant l’âge de la mort de Jésus restent le plus souvent les mêmes. On lui donne généralement l’âge de 33 ans. Luc nous informe que Jésus avait environ 30 ans lorsqu’il commença son ministère (Lc 3.23).
Jean nous relate trois fêtes de Pâque successives, la dernière étant celle la semaine sainte. Et voilà comment on arrive à 33 ans.
Voilà peu ou prou ce que la plupart des chrétiens retiennent.

L’Akhéda ou la ligature d’Isaac

Le récit de l’Akhéda préfigure la crucifixion. Si l’on en croit la tradition juive, c’est au mont Moriya qu’Abraham dut offrir Isaac sur l’autel. C’est l’endroit même où le temple fut construit par Salomon mais détruit par Nabuchodonosor en -586. 

Certains vont jusqu’à affirmer que Jésus fut crucifié au lieu même où Isaac fut ligoté. Mais il n’y a aucune preuve à l’appui…Abraham doit offrir son fils, son unique, comme Dieu le Père offre son Fils unique ( Jn 3.16). Il charge le bois sur son fils (Gn 22.6), très belle illustration de ce que Jésus accomplira plus tard en portant le bois de la croix jusqu’au Golgotha.

Nous savons qu’Abraham quitta Ur en Chaldée alors âgé de 75 ans. A 86 ans, il engendre Ismaël de sa servante égyptienne et à 100 ans naît Isaac. Donc Abraham a 100 ans de plus qu’Isaac. Nous savons que Sarah avait 10 ans de moins qu’Abraham. Elle est morte à 127 ans (Gn 23.1). Les sages d’Israël nous disent que Sarah est morte le jour où Abraham ligota Isaac pour être sacrifié. Étant morte à 127 ans, Abraham en avait donc 137 et Isaac, de fait, en avait 37. 

Nous sommes loin des clichés et de l’imagerie populaire où l’on voit Abraham avec un ado de 13-14 ans ligoté sur l’autel. Isaac était un homme dans la force de l’âge, un homme âgé de 37 ans, bel et bien conscient de l’enjeu qui se tramait. Mais comme le sera plus tard Jésus, il fut obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort à la croix (Ph 2.8). A partir de là, il serait surprenant de constater avec précision que Jésus aurait eu le même âge, l’akheda préfigurant la crucifixion.

QUELQUES PROPOSITIONS

L’année de la mort de Jésus semblerait être l’an 30. Beaucoup d’historiens sont d’accord avec cette proposition.

Mais si l’on prend le point de départ de l’an 0 pour fixer la naissance de Jésus et comme il est mort le 07 Avril de l’an 30, cela nous donnerait l’âge de 30 ans donc ça ne colle pas.

Si l’on situe le début du ministère de Jésus en 28, peu après celui de Jean-Baptiste, et d’après les éléments que nous donne Jean, il est question de trois fêtes de Pessah,  ceci nous laisse penser que Jésus a exercé son ministère pendant trois ans. On peut donc proposer la date du 07 Avril de l’an 30. 

Chouraqui et bien d’autres fixent la naissance de Jésus en -7 et sa mort en 30.

Jésus aurait donc eu environ 36-37 ans. 

Irénée de Lyon (130-202), dans son traité contre les hérésies (Adversus Haereses, au chap. 22 du livre II) nous donne quelques détails à ce sujet. Prenant ainsi le passage de Lc 3, 23 qu’il formule ainsi : « Jésus commençait sa trentième année lorsqu’il vint au baptême » et il affirme que, pour enseigner « en maître parfait », Jésus devait atteindre la quarantaine, voire la cinquantaine. Se référant alors à l’Évangile et à une tradition apostolique (« Jean et les autres apôtres »), Irénée déclare : « c’est précisément cet âge-là qu’avait notre Seigneur lorsqu’il enseigna » avant de mourir ». Autre passage tiré de Jn 8.57 va dans ce sens : « Les Juifs lui dirent : Tu n’as pas encore cinquante ans, et tu as vu Abraham ! ». D’après Irénée de Lyon, l’un des premiers Père de l’Église, Jésus aurait donc eu entre 45 et 50 ans au moment de sa mort.

Mais qui a fixé le point 0 comme point de départ ?

C’est en 532 ap. J-C, du temps où régnait l’empereur Justinien, qu’un moine scythe du nom de Denys le Petit s’était réfugié à Rome. C’est lui qui fixa l’année de la naissance du Christ à partir de l’an 753 ans après la fondation de Rome ( En effet, selon la légende, Rome aurait été fondée le 21 avril 753 av. J.-C. sur le mont Palatin par Romulus qui  aurait tué son frère jumeau Rémus lors de la création de la ville. Cela rappelle étrangement Caïn tuant Abel et qui fonda la première ville du nom de son fils Hanokh).

Il est vraisemblable qu’il se soit trompé de cinq ans car le roi Hérode, contemporain de la naissance du Christ, est mort en l’an 750 de la création de Rome ; le Christ serait donc né entre l’an 3 et l’an  6 avant l’ère chrétienne.

LES INDICES DES ÉVANGILES 

1. Sa naissance

La naissance du Christ a donc eu lieu, selon les Évangiles « au temps du roi Hérode » (Mt 2,1, Lc 2,1). Hérode 1er a régné de – 40 à – 4 av JC. Jésus est donc né au moins avant la mort d’Hérode, ce qui nous donne une fourchette de – 8 à – 4 av JC.

On trouve par ailleurs des traces relatées par l’historien Flavius Josèphe d’un grand recensement effectué en Syrie sur l’ ordre de Quirinus et qui eut lieu sous le règne de César Auguste. Ce recensement amène Joseph dans sa ville natale à Bethléem : « Joseph aussi monta de la ville de Nazareth en Galilée à la ville de David qui s’appelle Bethléem » (Lc 2v 4) .

Matthieu note qu’Hérode, ayant appris par les mages que «…le roi des Juifs venait de naître » (Mt 2,1, Lc 2,1) voulut se débarrasser de ce concurrent potentiel « …Car Hérode va rechercher le petit enfant pour le faire périr » (Mt 2,13), conséquence «…il envoya massacrer tous les enfants qui étaient à Bethléem à partir de deux ans et au-dessous, selon le temps qu’il s’était fait préciser par les mages » (Mt 2,16). Il convient donc d’ajouter au moins deux années aux quatre années précédentes.

Matthieu nous rapporte encore les paroles suivantes à la mort d’Hérode : « Lève-toi, prends le petit enfant et sa mère et va au pays d’Israël. Car ils sont morts, ceux qui cherchaient l’âme du petit enfant » (Mt 2,19). Jésus était donc encore un petit enfant à la mort d’Hérode. Avec ces indices, Jésus serait donc né aux environs de l’an -6 ou -7.

2. Sa prédication

Selon les données de Luc (3v1), Jean-Baptiste commença sa prédication en l’an 15 du règne de César Tibère, c’est-à-dire entre le 1er octobre 27 et le 30 novembre 28. Toujours selon le témoignage de Luc «…Jésus, en commençant, était âgé d’environ trente ans » (Lc 3,23), âge légal pour commencer le sacerdoce (Nbr 4.3).

Matthieu, Marc et Luc ne nous fournissent aucune indication sur la durée de la prédication de Jésus, mais cependant Jean mentionne trois Pâques : les débuts de la prédication (Jn 2,13), à la Multiplication des pains (Jn 6,4), au dernier repas (Jn 13,1). Le ministère terrestre de Jésus aurait donc été de 3 ans.

3.  Sa mort

Jésus est mort crucifié sous Ponce Pilate, procurateur ou gouverneur de Judée de 26 à 36 de notre ère. 

La Pâque juive qui commémore la sortie d’Égypte tombe un jour fixe du calendrier officiel soit  le 15 du mois de nisan. Le repas pascal ou le seder, quant à lui, se déroule le 14 au soir. Marc et Jean indiquent que Jésus fut exécuté un vendredi ; une veille de sabbat : « C’était le jour de la Préparation », écrivent-ils l’un et l’autre (Mc 15,42; Jn 19,31).

Des divergences, cependant, se retrouvent entre le récit de Jean et celui des autres évangélistes. Selon Matthieu, Marc et Luc, Jésus aurait célébré un repas pascal le jeudi soir avant de mourir, dans la chambre haute ; le Jeudi Saint (commémoration du dernier repas de Jésus et institution de la Cène, un mot qui vient du latin cena, « repas du soir, dîner »). Petit détail : prendre la sainte Cène, c’est-à-dire le Saint dîner à 11h le dimanche matin, vous voyez le décalage…. Enfin passons.

Ce jeudi Saint serait donc le 14 nisan qui est la veille de la Pâque et donc le jour de la Pâque tombe le vendredi 15 de nisan .

Jean est très précis sur les dernières heures car il est témoin oculaire et le seul présent au pied de la croix. Il nous donne une indication différente. Il précise que lorsqu’on conduisit Jésus chez Pilate pour demander sa mise à mort, « c’était le point du jour. Ceux qui l’avaient amené n’entrèrent pas dans la résidence pour ne pas se souiller et pouvoir manger la Pâque »(Jn 18,28). 

Le repas pascal n’avait pas encore été pris ; il ne le serait que le 14 nisan, le vendredi soir. La fête de la Pâque, elle-même tombant alors le samedi 15. Cette donnée est inconciliable avec celle du vendredi 15 nisan précédent.

Nul doute que le témoignage de Jean est l’un des plus fiables car il est invraisemblable que Jésus ait été crucifié le jour même de la fête. (la loi juive interdisant alors tout travail)

Il mentionne : « Craignant que les corps ne restent en croix pendant le sabbat » (Jn 19.31).

Le sabbat allait commencer ce vendredi à partir de 19h30- 20h au coucher du soleil. Nous savons qu’il rendit l’esprit la 9ème heure, c’est-à-dire 15h.

Le Talmud nous donne une indication qui concorde avec les siennes : « La veille de la Pâque, on a (sus)pendu Jésus » (Talmud de Babylone, traité Sanhédrin 43 a). 

Jésus est donc crucifié un vendredi 14 nisan. Avec des calculs assez simples sur le calendrier juif qui est lunisolaire, on peut, dès lors, savoir en quelle année la Pâque est tombée un samedi 15 nisan, et de là en déduire, la date de la mort de Jésus. 

Pour les années où Pilate était procurateur de Judée, ce vendredi peut correspondre au 7 avril 30 ou bien au 3 avril 33. 

Autre détail : Jn 2,19 : Jésus déclare : « Détruisez ce sanctuaire et en 3 jours, je le relèverai ». Les juifs lui dirent alors, « il a fallu 46 ans pour bâtir ce sanctuaire, et toi, en 3 jours tu le relèveras ? ». Des documents permettent de dater la construction du temple en –19, aussi les 46 ans doivent amener à dater cet événement, la 1ère Pâque dans l’évangile de Jean, à l’année 28.

Né quelques années, probablement 6 ou 7 années  » avant Jésus-Christ  » et  mort sans doute le 7 avril 30, Jésus passa donc 37 ans sur la terre d’Israël. Le nombre de 33 ans souvent donné, l’est en raison de sa valeur doublement trinitaire, mais doit être surtout vu comme symbolique.

Ces dates rapprochées de celles des historiens concernant Pilate et Tibère permettent d’avoir une idée assez précise de la chronologie de la vie de Jésus. Ces données nous permettent donc d’attester l’existence de Jésus-Christ d’un point de vue historique, ainsi que le caractère véridique des témoignages donnés dans les évangiles et le souci d’exactitude. C’était le leitmotiv de Saint Luc qui nous dit en introduction de son évangile : « Puisque plusieurs ont entrepris de rédiger un récit des choses qui sont reçues parmi nous avec une pleine certitude, comme nous les ont transmises ceux qui, dès le commencement, ont été les témoins oculaires et les ministres de la parole, il m’a semblé bon à moi aussi, qui ai suivi exactement toutes choses depuis le commencement, très-excellent Théophile, de te les écrire par ordre, afin que tu connaisses la certitude des choses dont tu as été instruit ».

CONCLUSION

L’âge de la mort de Jésus correspond donc à l’épisode de l’akhéda, tous deux, Isaac et Jésus avaient 37 ans, des hommes en pleine force de l’âge.

Jésus est bien né en -7 et mort le 7 avril 30 à 15h comme le précisent les évangiles.

Ces résultats sont issus des détails que nous fournissent chacun des quatre évangélistes et les informations des historiens de l’époque.

Repère chronologique

753 : Création de Rome par Romulus

– 323 : Mort d’Alexandre le Grand

100 à -44 : Règne de Jules César

-27 à 14 : Règne de César Auguste (Premier Empereur romain)

7 : Hérode assassine ses deux fils Alexandre et Aristobule

-7 ou 6 : Naissance de Jésus à Bethléem

 -4 : Affaire de l’aigle d’or du Temple. Hérode exécute son fils aîné Antipater.

Mort d’Hérode, son royaume partagé entre ses fils Archélaüs, Hérode-Antipas et Philippe.

1 : Début de l’ère chrétienne selon Denys le Petit.

6 : Révolte de Juda le Galiléen et de Saddok pour refus de payer l’impôt de Rome, acte d’idolâtrie et de soumission au pouvoir romain. Sabinus, procurateur de Syrie et  Quirinus, légat de Syrie ripostent : 2000 juifs sont crucifiés.

Entre 5 et 10 : Naissance de Shaoul de Tarse en Cilicie

14 : Mort d’Auguste. 14 août : Tibère lui succède et règnera jusqu’en 37

36 : Lapidation d’Étienne, premier martyre 

44 : Mort de Jacques, frère de Jean (Actes 12.2)

50 : Premier Concile de Jérusalem

60 : Paul arrive à Rome (Fin des actes des Apôtres)

62 : Mort de Jacques le juste, responsable de l’Église de Jérusalem, frère de Jésus.

24-25 Juillet 64 : Incendie à Rome, persécution des chrétiens (Néron)

65 : Crucifixion à Rome de Saint Pierre

67 : Décapitation à Rome de Saint Paul

Le 9 et 10 Av 70 : Destruction du temple de Jérusalem par Titus

2 mai 73 : Chute de Massada

79 : Éruption du Vésuve détruisant Pompéi le 24 août 79

85 : Insertion de la Birkat haminim

90 : Apocalypse de Jean

98 : Mort de Jean, dernier apôtre du Christ

325 : Concile de Nicée

381 : Concile de Constantinople