S21, SEM : Le dimanche, nous étions réunis pour rompre le pain…


LS1910 : Le premier jour de la semaine, nous étions réunis pour rompre le pain…


Codex de Bezae : Et dans l’une-première des sabbats, nous étions réunis pour rompre le pain.


FC : Le samedi soir, nous étions réunis pour prendre le repas de la communion et Paul parlait à l’assemblée…


PDBeaumont : Le jour de la semaine qui commence au soir du sabbat, nous étions réunis pour rompre le pain…


BDPeuples : Le lendemain du sabbat, nous nous sommes réunis pour la fraction du pain…


BJC : Au motza’ ei-Shabbat ( samedi soir – la sortie du shabbat), quand nous étions réunis pour rompre le pain…

Pour le coup, la FC interprète au plus juste ce que le texte grec dit à savoir  Ἐν δὲ τῇ μιᾷ τῶν σαββάτων, on peut dire que les autres traductions peuvent sembler ambiguës.

Beaucoup de tenants ont voulu justifier la pratique du culte le dimanche matin sur la base de ce verset ainsi que celui d’Apocalypse 1.10 où Jean est ravi le jour du Seigneur dont je vous renvoie à l’étude correspondante https://www.bibliorama.org/apocalypse-1-10-ou-le-jour-de-leternel/.

Pour les occidentaux, le dimanche démarre à minuit dans la nuit de samedi à dimanche. C’est comme cela que ça se conçoit. Pour un juif c’est différent, le dimanche commence le samedi soir, après la sortie du shabbat. Quand le soleil est couché et qu’apparaissent les trois premières étoiles, dès lors commence la journée du dimanche – le premier jour de la semaine Yom Ha-rishon –  jour de tête. C’est pourquoi les juifs se saluent en se disant « Shavoua Tov » – ce qui veut dire  » Bonne semaine « . La journée commence le soir et se poursuit avec le matin, selon ce qui est dit en Genèse 1.5 : Il y eut un soir et un matin : jour Un.
Traduire donc comme le fait la Semeur ou la S21 par dimanche n’est alors pas faux, à condition de préciser que l’on n’est le samedi soir, vers 19h.

La bible juive complète ne traduit pas à proprement parlé mais rend au plus juste l’événement dans une perspective hébraïque indiquant ainsi au motza’ ei-Shabbat (samedi soir, la sortie du shabbat). Paul dialoguera, en grec c’est le mot dialegomai διαλέγομαι, ce n’est pas une prédication en chaire, mais un partage interactif entre Paul et les disciples, peut-être sous forme de question-réponse. Ce partage durera donc entre 21h et minuit et c’est dans cette phase de la soirée que Eutychus tombera du 3ème étage.
Luc qui nous indique qu’il y avait des lampes dans le lieu où ils étaient assemblés, tout cela nous montre bien que la nuit était tombée.

Une fois avoir remonté le jeune homme mort dans le lieu où ils étaient assemblés, la suite du texte ajoute : il rompit le pain et mangea, et il parla longtemps encore jusqu’au jour. Cette fois, c’est le mot homélie qui est employé, c’est avoir un entretien avec quelqu’un ou un groupe. Paul devait, entre minuit et le soleil levant, encourager et exhorter les fidèles.

Voilà, ce sont juste de petit détail de lecture pour bien se mettre dans le contexte du texte dont certaines traductions font une mauvaise orientation.