S1910 : Les géants étaient sur la terre en ces temps-là. 
NFC : C’était l’époque où il y avait des géants sur la terre –
MAREDSOUS : En ce temps-là (et même dans la suite) des géants vivaient sur la terre
OSTY : Les Nephilim étaient sur la terre en ces jours-là, 
JÉRUSALEM : Les Nephilim étaient sur la terre en ces jours-là (et aussi dans la suite) 
CHOURAQUI : Les Nephilîm sont sur terre en ces jours et même après.

Nephilim vient de la racine naphal נָפָֽל qui signifie “tomber”. C’est un verbe très présent, pas moins de 430 fois dans les Écritures (Gn 25.18 ; Ésaïe 14.12). Ainsi, le terme “Nephilim” pourrait être traduit par “ceux qui sont tombés”. Ce mot ne se trouve que 3 fois dans le texte hébreu (Gn 6.4 ; Nb 13.33). 

Premièrement, replaçons ce texte dans son contexte. Les chapitres 4 et 5 du livre de la Genèse nous parlent de deux lignées, celle de Caïn et celle de Seth. Caïn s’enfuit loin de la face de l’Éternel et sa descendance va progressivement se livrer à la déchéance. Celle de Seth préférera invoquer le Nom de l’Éternel et marcher dans ses voies, bien que le verset 26 de Genèse 4 puisse tout aussi bien être compris comme le commencement du désordre. Je vous renvoie à l’article : https://www.bibliorama.org/genese-4-26-invoquer-ou-profaner/

Les hommes dans cette génération vont très vite s’adonner à une vie débridée, se livrant à l’idolâtrie et à la débauche sexuelle, car l’histoire montre que plus une civilisation est idolâtre, plus elle est débauchée et plus elle est encline à la violence (Gn 6.12).

Le premier verset nous dit : Lorsque les êtres humains commencèrent à se multiplier sur la face de la terre et qu’ils engendrèrent des filles…. 

Le mot employé est adamah, c’est-à-dire l’être humain et non ish qui est rendu par homme. Il est employé pour le dissocier des animaux. Ish (homme) et isha (femme) sont des adamah. Le mot hou‘hal (« commencer ») est à rapprocher de ‘houlin (« profanation ») car lorsque l’on emploie ce verbe en hébreu, ça annonce toujours quelque chose de mal et la suite du récit va nous le confirmer, mais nous voyons intervenir des fils de Dieu.

QUI SONT CES FILS DE DIEU ?

Alors venons-en aux verset 2 car c’est là, sur cette expression, que va se jouer l’interprétation que l’on va attribuer aux néphilim, selon que l’on penche vers la première hypothèse ou la seconde . Alors qui sont ces  בְנֵי־הָֽאֱלֹהִים֙ que l’on traduit si souvent par “les fils de Dieu” (NBS, S21, SEM, DArby, JER) alors que Parole de vie emploie “Les habitants du ciel”. Traduire par les habitants du ciel va directement nous conditionner. Il ne s’agit donc ici non pas d’une traduction mais d’une interprétation du texte sur laquelle nous ne nous attarderons point.

  1. Les descendants de Seth. Cette hypothèse s’appuie sur les deux chapitres précédents. On considérera donc que les fils de Dieu sont les descendants de Seth et que les filles des hommes sont ceux issus de la descendance de Caïn, les justes se sont laissés corrompre par les injustes. Les mariages mixtes entre les peuples ont toujours été interdits dans la torah. Le NT va dans le même sens : “Ne vous mettez pas sous un joug étranger…” (2 Cor 6.14). Les fils de Dieu sont donc ceux de la lignée de Seth qui ont gardé l’alliance avec Dieu et les filles des hommes étant les descendants de Caïn qui l’ont rejeté. C’est là l’opinion de Calvin qui regarde comme les enfants de Dieu, ceux de Seth qui se sont égarés de la voie de la justice en allant vers les filles de la génération perverse. Les Pères de l’Église dont St Hilaire, St Chrysostome, Cyrille d’Alexandrie et Théodore pensaient la même chose. André Chouraqui va dans ce sens attribuant au fils de Dieu les fils de Seth (Dt 14.1).

  1. Des êtres célestes. L’expression “fils de Dieu” se retrouve dans Job 1.6 et 2.1, 38.7; Ps 89.7 ; Dn 3.25 et désigne les membres de la cour célestes, c’est-à-dire les anges. La LXX et le Codex Alexandrinus ont remplacé “fils de Dieu” par “les anges”. Si tel est le cas, ce sont des anges incarnés qui se seraient laissés aller à la débauche à la vue des filles des hommes. Cette relation contre-nature aurait donné naissance à des « géants », grands en taille et en méchanceté. Cette interprétation est la plus connue dans l’antiquité du Judaïsme et des passages dans les Écrits intertestamentaires tels que 1 Hénoch 6-10 ou le Livre des Jubilés 5.1 en font mention. Cette interprétation sera reprise par les Pères de l’Église (Tertullien, Justin Martyr, Irénée de Lyon). Le texte mentionne bien une différence entre “les fils de Dieu” et “les filles des hommes”. D’aucuns diront que les fils de Dieu sont des anges qui se rebellèrent contre Dieu et quittèrent leur propre demeure (Jude 6) et épousèrent des femmes terrestres. Il est à noter que Jude met en parallèle le comportement odieux de ces anges avec le sort des gens de Sodome et Gomorrhe (Jude 7). N’est-ce pas les deux anges logés chez Loth que les Sodomites voulaient connaître ? C’est dans ce sens que l’on peut aussi comprendre le passage de 2 Pierre 2.4.
    Cette interprétation était la plus courante jusqu’au IVe siècle.

Le Zohar, dans son traité Berechit développe largement l’origine des néphilim dont j’extrais une courte portion : Les Nephilim sont ceux dont l’Écriture dit (ibid. , 2) : « Et les enfants de Dieu voyant que les filles des Hommes étaient belles… » Ceux-ci forment la seconde catégorie des âmes rejetées du ciel. 

EXTRAIT DU LIVRE D’HÉNOCH

CHAPITRE VI

1 Or, lorsque les enfants des hommes se furent multipliés, il leur naquit en ces jours des filles belles et jolies ; 2. et les anges, fils des cieux, les virent, et ils les désirèrent, et ils se dirent entre eux : « Allons, choisissons-nous des femmes parmi les enfants des hommes et engendrons-nous des enfants. » 

CHAPITRE VII
1. < Ceux-ci, > et tous les autres avec eux, prirent des femmes ; chacun en choisit une, et ils commencèrent à aller vers elles et à avoir commerce avec elles et ils leur enseignèrent les charmes et les incantations, et ils leur apprirent l’art de couper les racines et (la science) des arbres. 2. Or celles-ci conçurent et mirent au monde de grands géants dont la hauteur était de trois mille coudées. 3. Ils dévorèrent tout le fruit du travail des hommes, jusqu’à ce que ceux-ci ne pussent plus les nourrir. 4. Alors les géants se tournèrent contre les hommes pour les dévorer. 5. Et ils commencèrent à pécher contre les oiseaux et contre les bêtes, les reptiles et les poissons ; puis ils se dévorèrent la chair entre eux, et ils en burent le sang. 6. Alors la terre accusa les violents.

CHAPITRE VIII

1. Et Azazel apprit aux hommes à fabriquer les épées et les glaives, le bouclier et la cuirasse de la poitrine, et il leur montra les métaux, et l’art de les travailler, et les bracelets, et les parures, et l’art de peindre le tour des yeux à l’antimoine et d’embe+++llir les paupières, et les pierres les plus belles et les plus précieuses et toutes les teintures de couleur, et la révolution du monde. 2. L’impiété fut grande et générale ; ils forniquèrent, et ils errèrent, et toutes leurs voies furent corrompues. 8. Amiziras instruisit les enchanteurs et les coupeurs de racines ; Armaros (apprit) à rompre les charmes, Baraqiel (instruisit) les astrologues, Kôkabiel (enseigna) les signes, Tamiel (la signification) de l’aspect des étoiles, et Asdariel enseigna le cours de la lune. 4. Et dans (leur) anéantissement les hommes crièrent, et leur clameur monta au ciel. 

AUTRE DÉTAIL

Il me semble intéressant de noter le  verset 2 qui dit que les fils de Dieu virent que les filles d’homme étaient belles (hb dit tovot – bonnes) et ils prirent pour femmes celles de leur choix. Nous pouvons constater la même séquence de la convoitise au jardin d’Éden avec les 3 verbes voir…bon…prendre….La femme vit que l’arbre était bon à manger, agréable à la vue et propre à donner du discernement. Elle prit de son fruit et en mangea ; elle en donna aussi à son mari qui était avec elle, et il en mangea (Gn 3.6)

Nous voyons ces êtres guidés par leur instinct animal, avides de passions incontrôlées. Ils désirent ces femmes, non pas une, mais plusieurs nous dit le texte. Ils les désirent comme de simples objets sexuels dans le but d’assouvir leur pulsions. N’oublions pas que nous sommes dans la lignée de Lemekh qui inaugura la polygamie.

Genèse 6.3 : Alors l’Éternel dit : Mon Esprit ne restera pas toujours dans l’homme, car celui-ci n’est que chair, et ses jours seront de 120 ans.

L’Éternel décide de réduire le nombre des années de l’homme à 120 ans. On peut comprendre de deux façons ce verset :

  1. Les hommes n’iront pas au-delà de 120 ans, alors que les premiers patriarches pouvaient vivre entre 6 et 8 fois plus longtemps, mais cela ne tient pas car Noé est mort à 950 ans, Terah, le père d’Abraham à 205 ans, Abraham 175 ans, Isaac 180 ans, Jacob 147 ans et Joseph 110. On voit bien que la durée de vie s’est considérablement réduite après le déluge mais pourquoi 120 ?

  2. La deuxième interprétation serait que Dieu accorde à l’humanité un sursis de 120 ans. Sursis d’une durée pendant laquelle Noé va construire l’arche. Dieu est patient, il prévient et avertit jusqu’au moment où son jugement s’abattra. Le Targum rend ainsi ce passage : je leur ai donné un délai de 120 ans…C’est aussi ce que pensait St Jérôme dans sa réflexion que l’on trouve dans les Questions hébraïques sur la Genèse. Noé est âgé de 480 ans lorsque Dieu lui annonce le décret qu’il va détruire la terre et le déluge a lieu lorsque Noé à 600 ans (Gn 7.6). Selon la chronologie, nous sommes en 1656 année depuis Adam ou -2105 av JC.

L’une des interprétations pourrait être : Sachant que leurs jours sont désormais comptés, les hommes de cette génération pensaient qu’en s’unissant avec ces “êtres déchus”, ils posséderaient  l’immortalité.

SOURCES ANCIENNES

Le livre de Baruch, considéré comme apocryphe par les protestants, nous est parvenu par la version grecque des Septante. Au chapitre 3, il est question de ces géants : 

24 O Israël, comme elle est grande la maison de Dieu,
comme il est vaste le domaine qui lui appartient !

25 Il est grand et n’a pas de fin,
il est élevé et sans mesure !

26 C’est là que furent engendrés les fameux géants, ceux du commencement,
de haute stature et versés dans l’art de la guerre.

27 Ce n’est pas eux que Dieu a choisis,
ni à eux qu’il a indiqué le chemin de la science ;

28 et ils périrent, car ils n’avaient pas de discernement ;
ils périrent à cause de leur irréflexion.

Le livre de la Sagesse, apocryphe lui aussi en fait mention au chapitre 14 :

5 Tu veux que les œuvres de ta Sagesse soient utiles. C’est pourquoi les hommes confient leur vie à un bois infime ; ils franchissent les vagues sur une modeste embarcation en demeurant sains et saufs.

6 Il en fut ainsi dans les premiers temps, quand des géants orgueilleux furent exterminés. L’espoir du monde trouva refuge sur une modeste embarcation qui, guidée par ta main, laissa sur la terre le germe d’une nouvelle génération.

Toujours dans les apocryphes, le Siracide en parle lui aussi très courtement au chapitre 16 :

6 Dans le camp des gens méchants, le feu de Dieu s’allume,
sa colère consume une foule rebelle.

7 Dieu n’a pas excusé les géants d’autrefois,
qui se croyaient assez forts pour se révolter.

8 Il n’a pas épargné la ville où vivait Loth,
tant l’orgueil de ses habitants l’écœurait.

Flavius Josèphe (38-100) dans l’Histoire ancienne des Juifs à la différence que chez lui, ce sont les anges qui s’unissent avec les descendants de Seth.

Et ils attirèrent sur eux la colère de Dieu, et les anges qui se marièrent avec les filles de ces descendants de Seth produisirent une race de gens insolents, qui, par la confiance qu’ils avaient en leurs forces, faisaient gloire de fouler aux pieds la justice, et imitaient ces géants dont parle les Grecs.

Nous pourrions relever aussi une traduction de Fabre d’Olivet datant de 1816 : 

Dans ce temps-là, les Néphiléens, les élus parmi les hommes, les Nobles, existaient sur la Terre ; ils étaient issus de la réunion des effluences spirituelles aux formes sensibles, après que les êtres émanés de LUI-les-Dieux eurent fécondé les productions corporelles de l’Universel Adam : c’étaient ces illustres Ghiboréens, ces héros, ces hyperboréens fameux, dont les noms ont été célèbres dans la profondeur des temps. (Cosmogonie 6:4) 

Le Targum de Yohanan Ben Uziel rend ce passage ainsi :

Or, les filles des hommes étaient belles, avec les yeux peints et les cheveux frisés et marchant et découvrant leur chair. Ils conçurent des pensées de débauche et ils prirent pour eux des femmes parmi toutes celles qu’ils préféraient.
Shemhazai et Azaël, – ce sont eux qui étaient tombés des cieux -, étaient sur la terre en ces jours-là, et aussi après que les fils des grands s’en furent allés vers les filles des hommes et qu’elles leur eurent donné des enfants : ce sont ceux qui sont appelés les géants d’antan, des hommes de renom. (Gn 6.2)

Rachi de Troyes : “Les nefilim” vient du verbe nfl (« tomber »). Parce qu’ils sont tombés et ont fait tomber l’humanité (Beréchith raba 26).