20 avril 2022
Alexandre Nanot

Actes 8.37 : La confession de l’eunuque

Un verset absent ? Si vous prenez votre Bible, vous aurez une chance sur deux de trouver ce verset.  Soit vous le trouverez entre guillemets, comme c’est le cas dans…
"

Lire l'article

Un verset absent ?

Si vous prenez votre Bible, vous aurez une chance sur deux de trouver ce verset. 

Soit vous le trouverez entre guillemets, comme c’est le cas dans la Colombe, soit vous trouverez une petite note en bas de page qui vous dira quelque chose du genre : certains manuscrits ajoutent au v.37 : [Philippe dit : si tu crois de tout ton cœur, cela est possible. L’eunuque répondit : Je crois que Jésus-Christ est le Fils de Dieu.], enfin d’autres seront plus radical disant : v.37. Ce verset est d’une authenticité douteuse.

NBS, Darby : absent

NFC, TOB, PDV : absent

BJC, CHOU, BAYARD : absent

COLOMBE : [Philippe dit : si tu crois de tout ton cœur, cela est possible.
                        L’eunuque répondit : Je crois que Jésus-Christ est le Fils de Dieu.]

PLÉIADE :  Philippe lui dit : Si tu crois de tout ton cœur, on a le droit.
                      Il répondit : Je crois que Jésus-Christ est le Fils de Dieu.

BRH : [Et Philippe lui dit : Si tu le crois de tout ton cœur, cela t’est permis.
            Et il répondit et dit  : Je crois que le Fils de יהוה, c’est Yeshoua le Messie]

Texte grec/Stéphanus 1550 : Εἶπε δὲ ὁ Φίλιππος, Εἰ πιστεύεις ἐξ ὅλης τῆς καρδίας, ἔξεστιν.
Ἀποκριθεὶς δὲ εἶπε, Πιστεύω τὸν ὑιὸν τοῦ Θεοῦ εἶναι τὸν Ἰησοῦν Χριστόν

Une question de texte de base

Pourquoi certaines bibles le rejettent alors que d’autres préfèrent l’insérer ?

C’est à cette question que nous allons tenter de répondre.

Pour répondre à cette question, il faut définir le texte de base à partir duquel le traducteur a travaillé. Nous connaissons deux sources principales du livre des Actes des Apôtres. La plus couramment utilisée étant celle du texte Alexandrin (ou Egyptien) qui sont principalement représentés par les codex Sinaïticus et Vaticanus. 

Ce verset d’Actes 8.37 manque dans Sin., B, A, C, etc., dans la plupart des versions et des Pères.

L’autre source vient de ce que l’on appelle le texte Occidental représenté principalement par le Codex de Bezae D, les papyrus P8, P29, P38, P48, ainsi que les Vieilles Latines, la version syriaque, la Peschitta et un manuscrit copte Ox 14. Le texte occidental comporte quelque 600 variantes par rapport au texte Alexandrin. La version du texte Occidental est attestée par les Pères de l’Église tels que Irénée de Lyon  (130-208) et St Cyprien (200-258).

L’importance de Actes 8.37

Ce passage de la confession de l’eunuque est important car elle nous apprend quelle était la condition préalable au baptême dans l’église primitive.

Rappelons-nous que cet épisode d’Actes 8 se situe à peine 10 années après la résurrection de Jésus. Nous apprenons par là qu’il fallait reconnaître et accepter Jésus le Christ comme le Fils de Dieu. La confession devait être publique. Nous retrouvons cette condition préalable au salut en Actes 11.17 et 16.31. Puis, le néophyte pouvait alors être baptisé dans l’eau. Comme l’a fort bien commenté Jean-Claude Giroud : « A deux, ils sont plongés dans les Écritures, les voici à présent descendant dans l’eau. »

L’immersion était totale et dans un plan d’eau naturel. C’est là une pratique typiquement juive que celle du miqvé et qui consiste en un bain de purification rituel et qui est pratiqué encore de nos jours. Disons-le, notre pratique du baptême, telle que nous la pratiquons aujourd’hui, est une pratique juive.

D’autres refusent de voir ce verset comme figurant dans le texte original et le considèrent donc comme inauthentique. Cette profession de foi, en termes précis, exigée avant le baptême, n’est point dans l’esprit de l’âge apostolique. Elle a été ajoutée plus tard par des correcteurs qui s’étonnaient de la facilité avec laquelle Philippe avait administré ce baptême.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Plus d’articles