15 mars 2021
Alexandre Nanot

La Sainte Bible par l’Abbé Boisson – 1900

En 1900, l’abbé Boisson, pieux curé de Tourmont dans le Jura, présenta une traduction de l’Ancien Testament qu’il entreprit sur la base de la Vulgate mais tout en ayant un…
"

Lire l'article

En 1900, l’abbé Boisson, pieux curé de Tourmont dans le Jura, présenta une traduction de l’Ancien Testament qu’il entreprit sur la base de la Vulgate mais tout en ayant un regard sur le texte hébreu et grec.

Dans la préface, nous lisons : « Quand aux hébraïsmes qui ont passé dans la Vulgate, ceux qui étaient inintelligibles, dans la langue française, ont été supprimés et remplacés par des expressions équivalentes. »

La première remarque saute aux yeux dès les premiers versets du livre de la Genèse :


Genèse 1.1 : Au commencement Dieu créa le ciel et la terre.
Mais la terre était vide et informe, les ténèbres couvraient l’abîme et un grand vent s’agitait sur les eaux.

Comment donc est-ce possible de rendre l’hébreu ruah Elohîm par un grand vent ? C’est bien la seule traduction que je connaisse qui ose faire cela. Il y a entorse au texte ce qui rend absent la troisième personne de la Trinité.

Ésaïe 7.14 : C’est pourquoi le Seigneur vous donnera lui-même ce signe la vierge concevra et enfantera un fils qu’elle appellera Emmanuel.

On remarquera dans ce passage que l’Abbé Boisson suit de près le texte latin : ecce virgo concipiet et pariet filium

Ésaïe 14.12 : Comment es-tu tombé des cieux, Lucifer, fils de l’aurore, et renversé par terre, toi qui foulais les nations ?

St Jérôme, traduisant du l’hébreu vers le latin, rendit l’astre brillant par Lucifer « lux (lumière) » et « ferre (porter) »

Proverbes 8.22 : Dieu m’a formée au commencement de ses actes, avant qu’il fit alors quoi que ce soit.
J’ai été établie dès l’éternité, avant l’origine des choses et les commencements de la terre.

Malachie 3.20 : Mais pour vous qui craignez mon nom, se lèvera le soleil de justice, apportant la délivrance avec ses rayons, et vous sortirez à sa rencontre bondissant comme des veaux.

1 Commentaire

  1. Alexandre

    J’ai eu l’occasion de lire une partie de la traduction sur Gallica.bnf, et je me rends compte que ce traducteur nie effectivement la Trinité de Dieu en utilisant des mots latins et grecs équivalents qui peuvent signifier « esprit », pour « vent ». Par ailleurs, j’ai remarqué que dans le livre de l’Exode, chapitre 35 verset 31, lorsque Moïse annonce au peuple d’Israël que Dieu a choisi le Béséléel par le Saint-Esprit pour décorer et sertir les pierres de l’éphod et les éléments du pectorale, Boisson le traduit ainsi : « Et il l’a rempli d’un esprit divin qui l’a rendu habile, adroit, expérimenté en toutes sortes de travaux, ». La Vulgate le raconte ainsi : « implevitque eum spiritu Dei, sapientia et intelligentia, et scientia et omni doctrina, ». et la Septante à peu près de la même manière: « καὶ ἐνέπλησεν αὐτὸν πνεῦμα θεῖον σοφίας καὶ συνέσεως, καὶ ἐπιστήμης πάντων ». Il est clair que c’est l’Esprit de Dieu qui est descendu sur Béséléel, et non un « esprit divin », comme le dit Boisson, car avec ces interprétations claires, et en supposant aussi qu’il n’a pas fait une traduction du Nouveau Testament où le Saint-Esprit est le plus évident, on voit qu’il ne croit pas à la Trinité, ce qui rend cet Ancien Testament (et non Bible, car il ne contient pas le Nouveau Testament) très proche de la traduction utilisée par les Témoins de Jéhovah, qui emploient presque les mêmes termes parce qu’ils ne croient pas non plus à la Trinité.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d’articles

Le Targoum

Le Targoum

Qu'est-ce que le Targoum? Le Targoum (pl. targoumim) est une ancienne traduction araméenne de la Bible hébraïque. Bien qu’elle soit une traduction,...

lire plus